/opinion/blogs
Navigation

Des liaisons sulfureuses

 Des liaisons sulfureuses

Coup d'oeil sur cet article

En cette veille de la Saint-Valentin, et surtout, n’y voyez aucune mauvaise intention de la part de votre blogueur, un grand classique vient de voir le jour en bande dessinée. Sur les bancs d’école, Les liaisons dangereuses de Laclos(1741-1803) ont fait partie de notre cursus littéraire. Comme c’était une lecture obligatoire, et pas « vraiment, de notre temps », il était parfois malaisé de comprendre ces subtils alliances et amours parfois malfaisants.  En décembre dernier les éditions Glénat s’attaquaient à ce chef-d’œuvre avec le scénariste Stéphane Betbeder et le dessinateur DJIEf, une «  pointure » originaire de la ville de Québec.


Respecter le roman et donner des couleurs


Pour ce premier tome, les prémisses en somme, nous assistons à la rencontre de la comtesse de Senanges et du jeune Sébastien Valmont. Si ce dernier est légèrement souffreteux, les intrigues de la cour couplée à la puissance du désir paveront sa route vers mon monde meilleur ? Sans être du mot à mot, cette bande dessinée respecte le roman et le couplage des dessins et des couleurs ouvre la porte aux mystifications de la séduction et du pouvoir.

Nous soulignons ici le travail exemplaire du dessinateur québécois DJIEF qui apporte un soin méticuleux aux costumes ainsi qu’à la renaissance visuelle d’une époque.