/news/transports
Navigation

Les aînés de la région de Québec en arrachent aux examens de la SAAQ

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Les conducteurs de 75 ans et plus de la région de Québec ont un taux de réussite aux examens de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) inférieur aux aînés des autres régions.

Depuis trois ans, Québec termine dernière parmi les 17 régions de la province au classement de la SAAQ, avec des taux de réussite de 31 % en 2017, 40 % en 2016 et 41 % en 2015.

La SAAQ ne peut expliquer pour quelle raison les aînés de la région de la Capitale-Nationale ont plus de difficulté à passer leur examen. Selon l'organisme, il est possible que la distorsion soit attribuable au plus grand nombre de conducteurs âgés dans la région de Québec.

Des aînés rencontrés par TVA Nouvelles soutiennent que les conditions de conduite ont changé sur les routes au fil du temps. «Ce qu'on remarque, c'est que les gens conduisent vite. Il y a des gens qui peuvent me traiter de “téteux” en auto, mais je pense que c'est de la prudence», a expliqué Michel Willett, un automobiliste de 71 ans.

Paul-Émile Leclerc, un conducteur de 84 ans, partage cet avis. «Les plus jeunes, ils vont nous couper. Les espaces sont très courts quand ils nous dépassent. Pour moi, eux autres, la route leur appartient», a-t-il fait valoir.

Perfectionnement

«Les personnes âgées ne sont pas toutes dangereuses», a fait valoir Michel Chabot, un moniteur de conduite automobile à l'école de conduite Technic.

«Il faudrait que [les aînés] soient plus proactifs, qu'ils prennent leurs affaires en mains, comme faire un perfectionnement en vieillissant, prendre des cours de techniques [au volant]», a cependant affirmé M. Chabot, qui enseigne la conduite aux personnes âgées depuis une dizaine d'années.

Le spécialiste propose une mise à niveau qui permettrait aux plus âgés, selon lui, d'être en meilleure position lorsque vient le temps de passer leur examen à la SAAQ.

35 000 conducteurs

Les 75 ans et plus représentent près de 35 000 conducteurs dans la région de la Capitale-Nationale. Pour eux, conduire est aussi synonyme d'autonomie.

«Je ne pense pas être dangereux au volant. Pour moi, avoir mon permis de conduire, c'est un grand bonheur en vieillissant, avec la santé», a expliqué Jacques Delisle, 77 ans, qui travaille 20 heures par semaine au cinéma Cineplex Odéon de Beauport pour se «désennuyer».

Comme d'autres, il doit passer son examen de réévaluation. Ce test est obligatoire pour les conducteurs de 75 ans et plus. Il espère faire mentir les données.