/sports/hockey
Navigation

L’Océanic distribuera les coups d’épaule face aux Tigres

Serge Beausoleil, entraîneur de l’Océanic
Photo d'archives Didier Debusschere Serge Beausoleil, entraîneur de l’Océanic

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | Les gros canons de l’Océanic n’hésitent pas à distribuer les coups d’épaule contre les équipes adverses depuis le début de la saison. Les Rimouskois utiliseront cette facette de leur jeu mercredi soir pour ralentir les puissants Tigres de Victoriaville au Colisée Financière Sun Life.

Cet affrontement pourrait en plus marquer la course pour le titre de champion de la division Est dans la LHJMQ.

Pourchassé par les Tigres, l’Océanic a vu son avance en tête fondre depuis quelques semaines. Ses récentes victoires contre Val-d’Or en fin de semaine dernière lui procurent toutefois une certaine marge de manœuvre.

Or, Victoriaville fait partie des équipes de l’heure dans la LHJMQ grâce notamment à Maxime Comtois, nommé le joueur par excellence de la semaine dans la LCH.

«Si tu veux jouer un match très ouvert avec Abramov (Vitalii), Comtois et Kosorenkov (Ivan), je ne suis pas sûr que nos gars ont la maturité physique (pour le faire)», estime le directeur-gérant et entraîneur-chef de l’Océanic, Serge Beausoleil. «Il faut jouer notre game solide physiquement. Je veux une couverture serrée défensivement et que l’on gagne nos batailles à un contre un. C’est le fun de se frotter à des équipes de haut calibre pour voir où on se situe».

Comtois n’aime pas se faire frapper

Habitué à défier tous les attaquants de puissance du circuit Couteau, Charles-Edouard D’Astous estime que Maxime Comtois n’apprécie particulièrement pas de se faire mettre en échec, ce qui a tendance à le déconcentrer sur la patinoire.

«J’aime cela le sortir de sa game. Quand tu lui parles et que tu le frappes, il n’aime vraiment pas cela. Il est dangereux à chaque présence. Quand il n’a pas la rondelle, Abramov et Kosorenkov le trouvent. Ce ne sera pas facile, mais Chase (Stewart) et moi avons hâte de faire face à ce challenge-là».