/sports/jo
Navigation

Du bronze et des menaces

Kim Boutin ferme ses comptes de réseaux sociaux après sa médaille

Jeux olympiques de PyeongChang
Photo Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

GANGNEUNG | Kim Boutin se souviendra longtemps de sa première présence aux Jeux olympiques. Après la joie d’une médaille de bronze inattendue lors de la finale du 500 mètres, la patineuse de vitesse a reçu des menaces et une pluie d’insultes de partisans coréens sur les réseaux sociaux.

« Si je te trouve, tu vas mourir », a notamment écrit un internaute, tel que rapporté par Radio-Canada.

Face à la situation, les principaux comptes de Boutin sur les réseaux sociaux ont été fermés, notamment Facebook et Instagram.

D’abord repêchée en demi-finale après une séquence menant à la chute de la Chinoise Qu Chunyu, Kim Boutin a fini quatrième sur cinq patineuses en finale, mais la Sud-Coréenne Choi Min-jeong (qui avait franchi la ligne d’arrivée deuxième) a été disqualifiée pour avoir provoqué une chute.

Religion

Dans un pays où le patinage de vitesse fait figure de religion, des milliers de Coréens se sont insurgés, blâmant la patineuse québécoise.

Plusieurs estimaient que Boutin avait montré du doigt Choi après la course, alors que la Québécoise visait Frédéric Blackburn, son entraîneur.

« Tu as gagné une médaille sale. Honte à toi », a-t-on pu lire sur le web.

« Elle a d’abord poussé Choi deux fois et elle gagne une médaille, c’est honteux », réagissait un autre internaute.

De nombreux autres amateurs coréens ont toutefois pris soin de défendre Boutin.

« Cessez les mauvais commentaires ! Je suis sincèrement désolé pour ces gens stupides, la plupart des Coréens sont respectueux. »

Le père pas inquiet

Patinage de vitesse Canada a contacté le père de l’athlète, Pierre Boutin, à son domicile de Sherbrooke, afin de lui confirmer que la situation était suivie de près par les autorités.

Rejoint par Le Journal de Montréal, ce dernier a confié que la Gendarmerie royale du Canada et le Comité international olympique avaient la situation en main.

« Je suis assuré que Kim bénéficiera d’une sécurité hors pair. Je ne suis pas inquiet », a-t-il dit.

« Le patinage de vitesse courte piste, c’est le sport national en Corée. Les gens ont beaucoup d’émotions. Ça tue parfois de beaux moments. De nos jours, les réseaux sociaux, c’est une grosse problématique dans des situations semblables », a déploré M. Boutin, qui sautera dans un avion demain matin pour aller rejoindre sa fille en Corée du Sud, où il passera une dizaine de jours.

« Pour ma part, je préfère parler de la performance et de la médaille de ma fille plutôt que des menaces. Sa meilleure réplique, ce serait qu’elle offre de superbes performances dans les prochaines épreuves. »

Les prochaines compétitions de Boutin auront lieu samedi (1500 mètres) et mardi (1000 mètres et relais 3000 mètres).

Ce n’est pas la première fois qu’une controverse impliquant les Coréens marque les Jeux olympiques. La même chose était survenue à Vancouver, en 2010, quand l’équipe de relais féminin de la Corée du Sud avait été disqualifiée en finale. Les Chinoises avaient été couronnées tandis que les Canadiennes Jessica Gregg, Kalyna Roberge, Marianne St-Gelais et Tania Vicent en avaient bénéficié pour récolter la médaille d’argent.

Quelques commentaires lus sur le web

« Si je te trouve, tu vas mourir. »

« Tu as gagné une médaille sale. Honte à toi. »

« Elle a d’abord poussé Choi deux fois et elle gagne une médaille, c’est honteux. »

« Coupe tes mains sales. »

« Ne pousse pas l’autre patineuse.Et deux fois. Tu devrais avoir honte. »

– Avec la collaboration de François-David Rouleau et de l’Agence QMI