/finance
Navigation

Nouvelles suppressions de postes chez Torstar

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Torstar, une entreprise de presse qui possède notamment le Toronto Star, a procédé lundi à de nouvelles coupes en licenciant 13 employés, a rapporté le Globe and Mail mardi.

À LIRE AUSSI: Fermeture de 36 journaux au Canada anglais

En plus de sabrer des postes dans les ventes et les opérations numériques, l'entreprise a réduit son budget pour les déplacements à l'étranger et pour les pigistes et a suspendu son programme de stage, a indiqué le «Globe».

Ces compressions des dépenses surviennent alors que, l'automne dernier, Postmedia et Torstar s'étaient échangé 41 journaux. Les deux entreprises en avaient ensuite fermé 36, ce qui avait provoqué environ 290 pertes d'emplois à temps plein et à temps partiel.

Torstar avait aussi jeté l'éponge l'an dernier sur Toronto Star Touch, l’édition tablette du Toronto Star, qui était inspirée de la technologie développée pour La Presse +. Cette aventure avait coûté plus de 36 millions $ à l'entreprise.

Le président du conseil d'administration de Torstar, John Honderich, a expliqué au «Globe» que son entreprise lutte pour son existence. «Pour les journaux, la survie ne repose pas dans les publicités imprimées, ni dans les publicités électroniques. Tout le monde doit envisager des revenus d'abonnement et de recourir à des murs payants», a-t-il fait valoir.

M. Honderich croit aussi que le gouvernement fédéral devrait aider les quotidiens, comme il aide déjà l'industrie cinématographique ou les périodiques, par exemple. «1 % de ce qu'obtient CBC du gouvernement – c'est 1,1 milliard $, donc 1 %, c'est 11 millions $ – permettrait de payer la moitié de la salle de nouvelle du "Toronto Star", a expliqué le président, qui croit que CBC/Radio-Canada ne devrait pas pouvoir diffuser des publicités, compte tenu du montant que débourse le gouvernement pour financer la société d'État.