/news/politics
Navigation

Patrimoine historique: Philippe Couillard cite René Lévesque

Le premier ministre Philippe Couillard participait à la première étape d’une collecte de fonds pour la Fondation patrimoniale Nostre Dame de Kebec.
Photo Jean-François Racine Le premier ministre Philippe Couillard participait à la première étape d’une collecte de fonds pour la Fondation patrimoniale Nostre Dame de Kebec.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Philippe Couillard s’est inspiré de René Lévesque lors d’une courte allocution à l’occasion du lancement d’une campagne de financement d’un organisme patrimonial, mardi soir, à Québec.

Le chef libéral participait à la première étape d’une collecte de fonds pour la Fondation patrimoniale Nostre Dame de Kebec. Le pdg de l’Administration portuaire de Québec, Mario Girard, présidera cette campagne majeure. Deux joyaux sont visées par l’activité : la Basilique-cathédrale Notre-Dame-de-Québec et l'église Notre-Dame-des-Victoires. Les sites ont besoin d’importants travaux de restauration afin d’éviter leur détérioration.

En réfléchissant à l’histoire et la religion, M. Couillard a mentionné qu’il avait retrouvé une citation de l’ancien premier ministre Lévesque décédé en 1987.

En 1980, M. Lévesque avait écrit une lettre au Pape Jean-Paul II à l’occasion de la canonisation de Mgr François de Laval et de l'Iroquoise Kateri Tekakwitha.

«Quand un peuple remet en question ses modes de vie traditionnels avec autant de vigueur que le Québec l’a fait depuis 20 ans, il risque de se couper des valeurs qui ont contribué à sa survie et à la découverte de son identité propre, sans savoir les remplacer par des valeurs nouvelles; il risque de provoquer chez les siens le déséquilibre, le dépaysement et même le désarroi; en renouant avec les richesses de son passé, le Québec ne peut que mieux assurer son avenir. »

Le premier ministre Couillard a assuré que ces paroles d’une autre époque étaient toujours actuelles en 2018.

Incommodé par un virus, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix était absent au lancement, tout comme le maire de Québec Régis Labeaume, également malade.