/world/europe
Navigation

Un risque sur neuf d’infection dans la chirurgie digestive

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Plus d’une opération de chirurgie digestive sur neuf dans le monde débouche sur une infection, selon une étude publiée mercredi, qui pointe des lacunes dans l’utilisation raisonnée des antibiotiques.

Cette étude, publiée dans la revue The Lancet Infectious Diseases, et qui couvre les données de 2 500 praticiens et chercheurs dans 66 pays, montre que 12,3% des patients opérés avaient souffert d’une infection dans les 30 jours suivants.

Le risque est deux fois plus important dans les pays à faibles revenus.

Le problème n’est pas la pénurie d’antibiotiques, très largement prescrits, et même quasi systématiquement dans les pays les moins riches. Il est plutôt dans l’excès.

«Dans un cinquième des cas le micro-organisme en cause était résistant aux antibiotiques administrés avant l’opération, et cela grimpait à un cas sur trois dans les pays à faibles revenus», a souligné dans un communiqué Ewen Harrison, de l’université d’Édimbourg en Grande-Bretagne.

La moitié (49%) de ces 12 500 opérations, effectuées entre janvier et juillet 2016, étaient faites en urgence. Les plus fréquentes consistaient à retirer la vésicule biliaire (35%) et l’appendice (33%).

L’ensemble des opérations a abouti à la mort dans 1,9% des cas. Si c’était l’organe opéré qui était infecté, le risque de mort était plus que triplé (4,7% contre 1,5%).

«Même si les chercheurs se gardent de recommander un changement des pratiques en faveur de traitements antimicrobiens plus brefs, l’abus relatif d’antibiotiques dans les pays à revenus faibles et moyens, en particulier dans la phase post-opératoire, est associée à une hausse de la résistance antimicrobienne», a commenté la revue dans un éditorial.