/news/provincial
Navigation

Une application de rencontre 100% québécoise pour «célibataires sérieux»

Une entrepreneure de Québec lance son «accélérateur de rencontre», GoSeeYou

Une application de rencontre 100% québécoise pour «célibataires sérieux»
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Avant même le lancement officiel de l'application GoSeeYou, plus de 5000 célibataires ont rejoint cette nouvelle plateforme 100% québécoise, un bassin qui impressionne et surprend la femme d'affaires derrière le projet, Mélanie Trudel.

«Je ne m'attendais pas à avoir autant de gens. Je suis un peu déboussolée par rapport à tout ça», se réjouit l'entrepreneure derrière Célibataire Québec, qui oeuvre dans le domaine des rencontres amoureuses «réelles».

Dès aujourd'hui, GoSeeYou entre officiellement en compétition avec les Tinder et Happn de ce monde, sauf que l'app a un objectif plus précis: accélérer les rendez-vous.

«J'ai beaucoup d'informations (sur les célibataires dans l'application). Je veux vraiment accélérer la rencontre à l'aide de la messagerie intégrée. Après 100 échanges, le système envoie une suggestion de rendez-vous. [...]La gêne de la première invitation n'existe plus. Parfois, on a peur de se faire rejeter, donc on évite de proposer une rencontre. L'application de base est gratuite, mais est payante pour les partenaires. Les utilisateurs profitent aussi de rabais et de promotions chez les annonceurs.»

Mathieu Juneau, qui travaille chez Nomade Solutions Mobile à Québec, a accompagné Mélanie dans le développement de son application. Malgré les nombreuses applications de dating déjà existantes, il remarque un réel intérêt du côté des célibataires québécois pour GoSeeYou.

«Le défi d'une application comme SeeYou, c'est de mettre beaucoup d'options sans que ça coûte un demi-million de dollars à produire.»

Et à première vue, Mélanie et lui l'ont relevé, puisque selon ce dernier, les inscriptions ne dérougissent pas.

Mais outre sa conception 100% québecoise, la jeune femme de Québec est confiante que l'application basée sur la géolocalisation saura se démarquer au sein d'une communauté de célibataires aux buts qui ne se limitent pas qu'à avoir du plaisir, notamment en raison d'une option facultative qui permet d'indiquer son intérêt de faire des rencontres sérieuses.

Une application de rencontre 100% québécoise pour «célibataires sérieux»
Capture d'écran

«Par exemple, quelqu'un qui veut des enfants va aller vers quelqu'un qui a des enfants ou qui en veut. J'ai évalué tout ce qui était irritant ailleurs. Pendant mon étude de marché qui s'est étirée sur presque un an, j'ai cherché ce qui gossait les célibataires.»

Elle a découvert que certains utilisateurs ne réussissaient jamais à se voir en raison de leurs horaires ou de l'attente entre la première conversation et le premier rendez-vous. Il y a aussi la question des enfants, les allergies aux animaux; bref, les petites imperfections observées dans d'autres applications semblables.

Un système de coeurs sur une échelle de zéro à trois permet par exemple de déterminer l’intérêt d’une personne pour la musique, le cinéma ou le sport.

Une application de rencontre 100% québécoise pour «célibataires sérieux»
Capture d'écran

Lorsque les «regards se croisent», donc quand deux personnes se sont mutuellement envoyé un «SeeYou», la messagerie intégrée s'ouvre. On peut ainsi échanger avec la personne par vidéo ou par texte.

«Comme ça, on évite de se faire une idée préconçue sur l'apparence de la personne et donc, les déceptions. On se fie souvent aux photos, mais en réalité, ce n'est pas toujours ce à quoi on s'attend.»

Pour ajouter à tout ça, on peut préciser son statut familial, c'est-à-dire si nous sommes déjà parents, si nous sommes prêts à rencontrer quelqu'un qui a des enfants, si l'on veut des enfants ou pas. Ce qui élimine certains petits malaises lorsque la relation est en voie de devenir plus sérieuse.

Conquérir un nouveau marché

Avec GoSeeYou, Mélanie Trudel vise le marché international. C'est pour cela que le nom de son application est en anglais.

Elle espère que son produit lui permettra de rivaliser avec Tinder, populaire auprès des 18-24 ans.

«Sur Tinder, j'ai l'impression que les gens sont là en majorité pour s'amuser. Sur mon application, ça ne peut pas être plus clair, tout est là pour savoir si quelqu'un a les mêmes affinités, les mêmes buts que toi.»