/investigations
Navigation

La SAQ va vendre du pot ontarien

La société d’État vient de signer une première entente d’approvisionnement avec le producteur MedReleaf

Bloc Pot cannabis
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La Société des alcools du Québec (SAQ) a conclu une première entente avec un producteur pour lui fournir une partie du cannabis qui sera vendu aux Québécois. Et ce produit ne viendra pas d’ici, mais bien de l’Ontario.

Dans le cadre de cette entente signée (ou lettre d’intention), l’entreprise MedReleaf, de Markham en Ontario, s’engage à fournir à la SAQ un minimum de 8000 kilogrammes de cannabis par année sur trois ans, selon le rapport de gestion de l’entreprise consulté par notre Bureau d’enquête.

La SAQ estime, de façon préliminaire, les besoins pour son réseau de boutiques de cannabis à 50 tonnes, soit 50 000 kg, a précisé Linda Bouchard, porte-parole pour la SAQ.

Le pot de MedReleaf sera ainsi vendu dans les 15 boutiques du réseau de la Société québécoise du cannabis (SQDC), qui sera une filiale de la SAQ. L’alcool et la marijuana ne se trouveront pas dans les mêmes succursales.

La SQDC aura le monopole de la vente au Québec et d’ici trois ans, il pourrait même y avoir jusqu’à 150 emplacements. Elle pourra vendre en ligne.

Dans son rapport de gestion, MedReleaf se félicite d’être un des six producteurs à ainsi signer une entente avec la SAQ.

Mme Bouchard a cependant refusé de révéler les noms des autres producteurs.

« D’autres fournisseurs concernés, majoritairement cotés en bourse, se manifesteront à compter de demain [aujourd’hui]. Vous comprendrez que pour le moment nous ne pouvons en dire plus », a-t-elle dit.

Nombre indéterminé

La SAQ n’a pas encore déterminé le nombre final de producteurs qui lui fourniront du pot.

« Nous nous ajusterons au marché et aux besoins », a souligné la porte-parole.

Elle n’a pas non plus voulu révéler le montant de l’entente. Selon le sommaire de revenu de l’entreprise, le prix moyen de vente pour le cannabis séché était de 8,05 $ le gramme cet automne.

Si la SAQ achetait à ce prix, l’entente serait d’une valeur de 64 millions $, mais il est fort probable qu’elle ait négocié un meilleur prix au volume.

Personne chez MedReleaf n’était disponible mardi pour répondre à nos questions, a indiqué Dennis Fong responsable des relations avec les investisseurs pour la compagnie.

Le fondateur et PDG de l’entreprise est Neil Closner, un ancien vice-président au développement des affaires de l’hôpital Mount Sinaï de Toronto. La firme israélienne Tikun Olam détient 9,3 % de la compagnie, a confirmé M. Fong.

Les producteurs québécois

Le tout premier producteur de cannabis au Québec, Hydropothicaire, souhaitait devenir le producteur officiel de cannabis pour la SAQ. Des pourparlers étaient en cours depuis quelques semaines.

« Le Québec est notre priorité. Le marché québécois est celui que nous allons alimenter en premier. C’est très logique », avait déclaré cet automne au Journal le porte-parole l’entreprise, Pierre Kileen.

Le producteur n’a pas voulu confirmer, hier, si une entente avait été conclue, mais, chose certaine, il n’aura pas le monopole en tant que fournisseur de la société d’État.

Tout comme Hydropothicaire, plusieurs producteurs de cannabis ont refusé de commenter et ont tous reporté à aujourd’hui les demandes d’entrevues.

Au Québec, on compte six producteurs de cannabis autorisés par Santé Canada.

La vente de cannabis au Québec

Le gouvernement du Québec prévoit :

  • Le cannabis sera vendu dans les boutiques de la Société québécoise du cannabis (SQDC), une filiale de la SAQ.
  • Il y a aura d’abord 15 boutiques, puis possiblement jusqu’à 150 d’ici 3 ans.
  • La SQDC vendra aussi en ligne.
  • Le cannabis ne sera pas vendu dans les boutiques SAQ pour l’alcool.
  • Le projet de loi ouvre aussi la porte à un projet pilote de vente au détail de cannabis par une autre entité que la SQDC.
  • La loi n’a pas encore été adoptée. Le projet est encore à l’étude à l’Assemblée nationale.
  • La ministre responsable du dossier Lucie Charlebois a déjà évoqué une fourchette de prix de 7 à 10 $ le gramme, mais rien n’est encore confirmé.