/sports/opinion/columnists
Navigation

Le COC confirme: la GRC protège Kim Boutin

Jeux olympiques de PyeongChang
Photo Didier Debusschère Patinage de vitesse Canada a confirmé hier assurer la protection de Kim Boutin, avec l’aide de la GRC.

Coup d'oeil sur cet article

PYEONGCHANG | « La santé et la sécurité de tous les membres de notre équipe sont une priorité et nous travaillons actuellement en étroite collaboration avec Patinage de vitesse Canada, notre personnel responsable de la sécurité et la GRC. Il n’y aura pas d’autre déclaration pour permettre à Kim de se préparer pour les autres compétitions. »

C’est le bref communiqué émis par les communications du COC reçu à 11 heures du matin à Pyeongchang, neuf heures hier soir au Québec.

Dans le fond, ça confirme ce qu’on savait au Québec et ce qu’on tentait de faire confirmer depuis le matin à Pyeongchang. Des fefans coréens se sont attaqués via les réseaux sociaux à Kim Boutin, belle gagnante du bronze, parce qu’elle aurait causé la disqualification de la darling coréenne, la jeune Min-jeong Choi.

Des milliers et des milliers de messages d’insultes auraient été envoyés au compte Instagram et au Facebook de Mlle Boutin.

Ce n’est pas la première fois que ça se produit. Il y a quatre ans, les fefans sud-coréens avaient posé les mêmes gestes pour une affaire similaire.

UN SPORT PLEIN DE CONTROVERSES

Dans le fond, les fefans coréens devraient s’en prendre aux arbitres et aux juges. Pas à la patineuse. De toute façon, le patinage sur courte piste est un sport à controverses. Demandez donc à Isabelle Charest et Nathalie Lambert ce qu’elles pensent de Kathy Turner, qui leur a volé des médailles à Lillehammer ? C’était une bully qui bouledozait tout le monde en piste. À l’époque, les reprises étaient moins efficaces et Turner s’en tirait à tous les coups.

Aujourd’hui, elle serait disqualifiée au premier virage.

Soit dit en passant, on sait que les réseaux sociaux sont souvent des dépotoirs à ciel ouvert et que plein de sociopathes y vident leurs égouts. Ça ne veut pas dire que la vie de Kim Boutin est en danger et que sa sécurité personnelle est menacée. Sauf que le Comité olympique et le comité organisateur des Jeux de Pyeongchang ne peuvent prendre le moindre risque.

Va y avoir de la tension dans l’air aux prochaines courses...