/news/politics
Navigation

Légalisation du cannabis: que fait le Vermont?

Légalisation du cannabis: que fait le Vermont?
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE – Il n’y a pas que le Canada qui a la date du 1er juillet entourée dans son calendrier. Le Vermont, État américain situé à proximité de Sherbrooke au Québec, vient d'adopter une loi qui prévoit la légalisation du cannabis l’été prochain. Même si les deux voisins légalisent cette substance, les législations sont bien différentes.

Le Vermont a mis beaucoup de temps à légaliser la marijuana à des fins récréatives. Alors que le débat est sur toutes les lèvres depuis seulement deux ans au Canada, le lieutenant-gouverneur du Vermont, David Zuckerman, explique qu’il aura fallu un peu plus d’une vingtaine d’années avant que le projet de loi ne soit officiellement approuvé de l’autre côté de la frontière.

«La première fois que le débat sur l’utilisation de la marijuana à des fins récréatives a été lancé au Vermont, c’était il y a 24 ans», a-t-il précisé.

Comparaison avec le Québec, l'approche du Vermont est plus restrictive quant à la légalisation du cannabis. Le niveau de l'âge légal de la consommation est fixé à 21 ans alors que celui du Québec est établi à 18 ans. La limite de possession dans la rue est quant à elle fixée à 28 grammes, soit deux grammes de moins que ce qui sera permis sur le territoire québécois.

Les résidents du Vermont pourront également posséder quatre jeunes plants et deux plants matures à la maison. Les locataires qui voudront en faire pousser n’auront qu’à obtenir l’accord du propriétaire de leur immeuble à logements. Le gouvernement du Québec, de son côté, a pris la décision d’interdire la culture du cannabis à domicile.

«Le projet de loi au Vermont permet la culture du cannabis à la maison, mais aucune structure ne sera créée pour encadrer la vente et la distribution», a ajouté M. Zuckerman.

Contrairement aux résidents du Vermont, les consommateurs québécois de marijuana pourront effectuer leurs achats dans plus d’une quinzaine de succursales de la Société québécoise du cannabis à compter du 1er juillet 2018.

Tant au Québec, qu'au Vermont, les nouvelles réglementations prévoient la tolérance 0 pour le cannabis au volant.