/misc
Navigation

L’île aux chevreuils

André Lacasse, Michel et Stéphane Payer, les guides Étienne Chabot et René Bourque, Claude Payer et sur la rangée du bas, Patrick Payer, Alain Maillé et le guide Éric Jacques arborent leur plus beau sourire à la suite de la récolte de nombreux cerfs de Virginie de toutes les tailles.
Photo courtoisie André Lacasse, Michel et Stéphane Payer, les guides Étienne Chabot et René Bourque, Claude Payer et sur la rangée du bas, Patrick Payer, Alain Maillé et le guide Éric Jacques arborent leur plus beau sourire à la suite de la récolte de nombreux cerfs de Virginie de toutes les tailles.

Coup d'oeil sur cet article

Chaque année, il y a plus de 150 000 adeptes qui se dirigent vers l’arrière-pays dans le but d’y déjouer un cerf de Virginie.

Un des endroits iconiques pour la récolte de ces cervidés à la venaison délicieuse est sans contredit Anticosti. Depuis l’introduction de ces grands mammifères sur ce lopin de terre isolé au centre du golfe du Saint-Laurent, il y a littéralement eu une explosion démographique. Plus d’un siècle plus tard, soit au début des années 2000, on estimait que la population se situait autour de 166 000 bêtes.

Nouvelles réalités

Si vous avez discuté avec des amateurs qui se sont rendus à Port-Menier au cours des dernières saisons de chasse, vous avez certainement entendu parler qu’on y observe moins de spécimens. Cet énoncé est malheureusement véridique.

Bien qu’il n’y ait pas eu de récents recensements scientifiques, certains intervenants du milieu avancent des chiffres qui se situent maintenant à environ 100 000.

Plusieurs hivers trop rigoureux ainsi que quelques printemps qui tardaient à arriver, ont eu un impact certain sur la population. Malgré tout, retenez que la densité de cerfs demeure encore la plus élevée dans la Belle Province et que les résultats y sont toujours incroyablement satisfaisants pour les amateurs. Les clients de la plus grande pourvoirie de chasse au chevreuil du monde, Sépaq Anticosti, récoltent en moyenne 1,65 cervidé lors de leur séjour. Ce qui est aussi fort apprécié, ce sont les conventions qui permettent aux nemrods de chasser tant et aussi longtemps que tous les membres d’un groupe ont atteint leur limite de deux cervidés.

Prélèvement

La chasse est une activité qui demande un minimum d’efforts si l’on désire obtenir les dénouements escomptés et Anticosti n’échappe pas à cet énoncé. On peut évidemment être chanceux et opportuniste, mais il faut traquer le gibier si l’on souhaite le débusquer.

Résultats

Lors de ma dernière expédition, à la fin de novembre, je me suis rendu à McDonald. Un superbe site géré par Sépaq Anticosti. Nous étions 17 adeptes à sillonner les différents secteurs de chasse. Un total de 29 cerfs, sur une possibilité de 34, furent interceptés. Le tableau de prélèvement était composé de plusieurs mâles, de femelles et de quelques faons. La plupart des clients qui ne capturent pas leurs deux bêtes admettent souvent avoir été trop sélectifs ou avoir manqué plusieurs opportunités.

Incroyable

Fred Whited (à droite) de Bridgewater, a intercepté, à lui seul, quatre beaux bucks bien couronnés.
Photo courtoisie
Fred Whited (à droite) de Bridgewater, a intercepté, à lui seul, quatre beaux bucks bien couronnés.

Quatre Américains fort sympathiques de Bridgewater, dans l’état du Maine, s’étaient greffés à cette excursion. Ce groupe était formé d’un beau-père et de ses trois gendres. Lors de ce séjour, Fred Whited, célébrait son 40e anniversaire de naissance. Au cours des deux dernières décennies, il n’avait réussi à déjouer que quatre cerfs.

Du 22 au 27 novembre 2017, ce nemrod, on ne peut plus heureux, a intercepté, à lui seul, trois bucks coiffés d’un panache de huit pointes et un quatrième spécimen couronné de sept pointes.

Cette bande de joyeux lurons a également attrapé trois autres mâles.

Nouveaux adeptes

Parmi les autres amateurs, il y avait six proches cousins et petits-cousins du célèbre hockeyeur Guy Lafleur. Ces gentilshommes, qui habitent la plupart d’entre eux à Thurso, pourchassent le chevreuil en Outaouais depuis belle lurette.

Michel Payer était venu à l’île enchantée à huit reprises et André Lacasse y avait tenté sa chance à une occasion en 2001.

Tout un chacun rêvait de venir chasser les chevreuils d’Anticoti depuis longtemps et ils en parlaient depuis des lustres. En 2017, après avoir bien examiné les divers forfaits avec ou sans guide, européens ou américains, ils ont opté pour un séjour tout inclus à McDo, où comme partout ailleurs, ils pouvaient exploiter des secteurs exclusifs d’une superficie moyenne de 105 km².

Ces chics types, très satisfaits de leur première expérience à l’île, ont déjoué cinq mâles, quatre femelles et 3 veaux. Ils ont vu un total de 75 chevreuils en quatre jours de chasse. Tout ce beau monde, bien que conscient que l’activité de prélèvement est plus difficile, a réservé le même forfait, aux mêmes dates, pour 2018.

Pour en savoir plus sur les forfaits en partance de Montréal, Québec et Mont-Joli, à partir de 1 750 $, sur les diverses promotions, dont celle du cinquième chasseur gratuit, des séjours allongés, etc., composez le 1 800 463-0863 ou visitez le site sepaqanticosti.com.


Je vous invite à me suivre sur Facebook à l’adresse suivante : facebook.com/lapassiondepatrickcampeau