/sacchips
Navigation

5 fois où on a quasiment frôlé la mort en voyage

5 fois où on a quasiment frôlé la mort en voyage
Photo Unsplash @Guilherme Stecanella

Coup d'oeil sur cet article

En collaboration avec

 

Oui, ok, les voyages sont fait d’aventures et forment la jeunesse.

Mais disons que parfois, il vaudrait mieux écouter les conseils de vieux sages comme:

  • Apprendre quelques mots de dialecte (genre spasiba ou tack)
  • Prévoir des vêtements d'extra (genre des bobettes)
  • Activer l'option voyageur de Vidéotron qui te permet d'avoir des données en tout temps en voyage (surtout quand tu en as vraiment besoin)

Voici 5 histoires vraies, chacune arrivée à l’ami d'un de mes amis qui n’avait, visiblement, pas écouté son vieux sage.

 

1. Apéro-douche

J'avais 17 ans. Mon grand frère et moi avions décidé de faire un road trip dans les Maritimes. Nous n'avions pas pris de forfait de données mobiles parce qu'on voulait voyager «à l'ancienne».

On a donc réservé un gîte au téléphone, sans voir de photos. Une fois arrivé sur les lieux, mon frère ne voulait pas sortir les bagages de l'auto – un mauvais feeling. Je le trouvais parano.

Une fois à l'intérieur, le propriétaire nous a fait visiter. Tout semblait correct, jusqu'à ce qu'on remarque qu'il y avait deux portes patios dans la cuisine: l'une donnant sur le jardin, l'autre étant ... la douche!

On trouvait ça vraiment bizarre, mais c'est surtout lorsqu'on a réalisé qu'un vieillard surveillait la porte qu'on s'est mis à douter.

Je ne pouvais pas m'imaginer prendre une douche au milieu de toutes les convives... On a donc prétendu sortir souper, pour finalement rappeler le propriétaire du gîte et annuler notre réservation. Heureusement, nous n'avions pas sorti les bagages de la voiture.

Bon, ok, 1-0 pour mon frère. Depuis, c'est terminé les voyages à l'ancienne, je m'assure de prendre une trousse de données mobiles pour voyageur, question de pouvoir voir des photos des chambres que je loue!

 

2. Le grand spectacle

J’avais lu dans un guide touristique qu’il était facile de louer une chambre de luxe à bas prix à Copenhague le jour même – cool, même pas besoin d’utiliser nos données mobiles. Rendus sur place, mon amoureux et moi trouvions que les gens étaient vraiment très beaux – même les bébés étaient stylés.

Il s’avère qu’on était en pleine Fashion Week (avoir lu les actualités sur notre cellulaire, on l'aurait sûrement su!), ce qui faisait en sorte que le parc hôtelier était réservé au maximum de sa capacité. On s’est mis à courir à droite et à gauche pour trouver une chambre.

Miracle, nous avons trouvé une chambre dans un vieil hôtel. Bien qu’elle était située au rez-de-chaussée, nous avons été soulagé d’en trouver une. S’en est suivi une délicieuse nuit de tendresse (sportive) où nous avons célébré sans retenue nos 6 mois de relation.

Quelle ne fut pas notre surprise au petit matin, lorsque nous avons croisé un autre couple de Québécois qui avaient loué une chambre dans l’hôtel d’en face.

Malaise : nous avions fermé les rideaux de notre chambre et non pas les volets (merci, système européen) et venions donc de nous donner en spectacle d’ombres charnelles en plein centre-ville copenhagois.

Alors bon, 2 leçons: en voyage, mieux vaut fermer les volets et prévoir une solution pour avoir des données mobiles à l'étranger afin de pouvoir s'informer des actualités pendant le séjour!

 

3. «Welcome to the jungle»

Je faisais du camping avec une amie dans la jungle près d’Iquitos au Pérou. Après cinq jours de chaleur accablante et de moustiques voraces, l’idée d’une douche chaude et d’un matelas décent était plus qu’alléchante.

Nous avons loué une chambre dans une auberge flottante qui consistait en de petites habitations en pilotis et nous sommes partis souper en ville. C’est alors qu’il s’est mis à pleuvoir. Je n’avais jamais vu une pluie aussi torrentielle.

Les routes étant impraticables, nous avons siroté tranquillement nos bières en attendant que cela passe. Nous avons quitté une fois la pluie terminée pour regagner l’auberge.

À notre surprise, l’ancre retenant l’auberge s’était délogée et toutes des petites habitations en pilotis descendaient violemment le long de la rivière acharnée.

Les concierges, ne sachant pas que nous étions partis manger à l’extérieur, avaient dépêché les secours en grande pompe. Oups.

 

4. Merci, mais non merci

J’avais réservé deux nuits dans un AirBnB un peu louche et mal coté à Sarajevo, déterminée à économiser sur mon séjour. C’était officiellement la chambre la plus crasseuse de l’histoire de l’humanité.

J’ai entendu le propriétaire entrer dans l’immeuble. Je lui ai demandé gentiment de faire un petit ménage des lieux, si ce n’était de me fournir des draps propres.

Il a accepté volontiers, mais renchéri en me suppliant de partager ma couchette pour la nuit. Il se disait vraiment mal pris et commençait à s’énerver.

Complètement épuisée, j’ai presque accepté. Presque. J’ai fait mes valises, zyeutant du coin de l’œil mon nouvel ami, et suis partie sur-le-champ.

J’ai déambulé dans la ville à moitié éveillée, rhabillée à la va-vite comme une hurluberlue. Je voulais me trouver une chambre d’hôtel encore disponible, mais je n’avais pas de données sur mon cell. J’ai capitulé et passé le reste de la nuit sur un banc dans un parc.

 

5. Pas de taxi, pas de problème

La fois où mon entêtement légendaire s’est confronté à une tempête de neige record en plein hiver à Bucarest. Je venais de débarquer d’une station de train en souliers de course et en petit manteau de printemps.

Tous les taxis que je hélais m’indiquaient une hausse importante des tarifs à cause des conditions routières difficiles.

Par principe (et aussi, parce que je ne suis pas un rich kid of Instagram ), je refuse toujours les hausses de tarifs soudaines.

Je me suis mis à marcher en direction de l’appartement de mon ami où je comptais passer mon séjour. J’ai marché et marché, les pieds trempés, mais toujours déterminé, regardant droit devant moi sans broncher.

Enfin arrivé à destination, j’ai raconté mon épopée à mon hôte, persuadé d’avoir frôlé l’hypothermie. Il m’a regardé longuement : «Pourquoi tu n’as pas checké ton cell, tu as longé au moins 5 stations de métro.»


Pour éviter les mauvaises surprises en voyage, assure-toi d'avoir des données sur ton cellulaire en tout temps. Renseigne-toi sur les solutions mobiles pour le voyage de Vidéotron.