/news/currentevents
Navigation

Conduite avec facultés affaiblies: André Boisclair plaide coupable

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien chef du Parti québécois André Boisclair, qui avait été arrêté pour conduite avec facultés affaiblies en novembre, a plaidé coupable jeudi aux accusations qui pesaient sur lui.

C’est seul, en compagnie de son avocat Me Charles Levasseur, qu’André Boisclair s’est présenté au palais de justice de Québec pour reconnaître les faits reprochés qui se sont déroulés au petit matin du 9 novembre 2017.

La veille, avec des amis et des connaissances, l’ancien chef du PQ s’était rendu au bar La Champagnerie pour y célébrer le premier anniversaire de l’établissement qui a pignon sur rue St-Joseph à Québec.

Selon le résumé de preuve déposé devant le juge Gille Charest, l’homme a alors «consommé une quantité d’alcool telle que ses capacités de conduire s’en trouvaient significativement affaiblies».

Malgré cela, vers minuit trente, Monsieur Boisclair a quitté la soirée pour se diriger vers sa voiture qui se trouvait non loin du bar.

Quelques minutes plus tard, la voiture du quinquagénaire a percuté un lampadaire et des badauds qui se trouvaient non loin de la collision ont avisé le Service de police de la ville de Québec.

Mis en état d’arrestation, l’accusé a été conduit au poste de police où à plus d’une reprise, il a refusé de souffler dans l’alcootest. Par la suite, l’homme a tenté d’entraver le cours de la justice en mentionnant aux policiers qu’ils seraient poursuivis.

«Il a menacé de poursuivre en déontologie ou encore au civil et en raison du statut de l’accusé, les policiers se sont sentis insécurisés par ces propos», a mentionné le poursuivant Me Jean-Philippe Robitaille au sortir de la salle d’audience.

De façon commune, les parties ont suggéré que le président du Tribunal condamne l’accusé à une amende de 2 000$ pour les accusations de conduite avec les facultés affaiblies et de refus et il a pu bénéficier d’une absolution inconditionnelle pour l’accusation d’entrave, après avoir fait un don de 2 000$ à l’organisme Lauberivière.

«Aujourd’hui, j’ai assumé les conséquences de mes actes et je suis surtout soulagé que personne d’autre que moi n’ait subi les contrecoups de cette erreur. J’espère également que cette histoire va rappeler à tous qu’il ne faut jamais boire et conduire», a dit brièvement l’ancien chef avant de quitter le palais.

Parcours d’une nuit bien arrosée

00h30 : André Boisclair quitte l’établissement La Champagnerie.

00h35 : le SPVQ reçoit un appel pour un véhicule impliqué dans une collision avec un lampadaire sur la rue St-Joseph.

00h42 : Sur place, les policiers constatent les symptômes d’état d’ébriété de l’ancien chef du PQ et le place en état d’arrestation.

00h45 : Il est sommé de fournir un échantillon d’haleine, ce qu’il refuse.

2h27 : Une autre demande fournir un échantillon d’haleine est présenté à l’accusé qui est avisé des conséquences d’un refus.

3h35 : Il tient, en présence de deux policiers, des propos visant à entraver le cours de la justice.

3h56 : André Boisclair est mis en cellule.

4h16 : Il est avisé qu’une nouvelle accusation d’entrave sera soumise au procureur.

10h40 : Il est relâché sur promesse de comparaître.