/news/society
Navigation

Des ados du Bas-Saint-Laurent attirent l’attention d’une multinationale

Charles Rivard, François Boucher (président et enseignant responsable), Jérémy Lajoie, Zachary Michaud, Raphaël Pelletier, Edward Beaulieu, Louis-Frédéric Paradis et Maxime Charest devant le banc conçu pour Groupe Rossignol Canada.
Photo courtoisie Charles Rivard, François Boucher (président et enseignant responsable), Jérémy Lajoie, Zachary Michaud, Raphaël Pelletier, Edward Beaulieu, Louis-Frédéric Paradis et Maxime Charest devant le banc conçu pour Groupe Rossignol Canada.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-PASCAL | Des élèves du secondaire qui fabriquent des bancs et des patères avec des skis recyclés ont signé une entente avec Groupe Rossignol Canada, qui leur fournira des skis usagés ou présentant des défauts de fabrication pour leurs créations.

Plutôt que de vendre des t-shirts pour financer leurs activités de ski et de planche à neige, des élèves de l’École secondaire Chanoine-Beaudet de Saint-Pascal, dans le Bas-Saint-Laurent, ont commencé il y a trois ans à fabriquer des bancs de parc, des patères et de petites tables avec de vieux skis.

Les élèves ont charmé la célèbre entreprise Groupe Rossignol Canada, qui fabrique entre autres des skis et qui est devenue leur commanditaire principal. L’entreprise fournira «Skisrécup» en matière première, à savoir des skis usagés ou présentant des défauts de fabrication.

Les élèves fabriquent des bancs et des tables avec de vieux skis. Ils seront dorénavant principalement approvisionnés par Groupe Rossignol Canada.
Photo courtoisie
Les élèves fabriquent des bancs et des tables avec de vieux skis. Ils seront dorénavant principalement approvisionnés par Groupe Rossignol Canada.

«On trouvait que c’était une excellente opportunité de donner une seconde vie à ces produits-là. En plus, on redonne à notre sport, parce que ça permet de financer des sorties de ski pour les jeunes», indique Marie Allaire, directrice marketing de Groupe Rossignol Canada. Pour remercier Groupe Rossignol Canada, les jeunes ont conçu un banc marqué du symbole des Jeux olympiques et fabriqué avec des skis Rossignol pour qu’il soit installé dans les bureaux du groupe à Montréal.

Massif

L’automne dernier, les jeunes avaient fait un premier pas dans la cour des grands: on leur avait alors confié l’aménagement complet de l’ensemble du foyer principal du Massif de Charlevoix. En échange, les jeunes ont obtenu le droit de skier gratuitement à quelques reprises au Massif en 2018 et 2019.

Lors d’une sortie scolaire au Massif de Charlevoix, au début du mois, les jeunes ont pu voir des skieurs utiliser leurs créations.
Photo courtoisie
Lors d’une sortie scolaire au Massif de Charlevoix, au début du mois, les jeunes ont pu voir des skieurs utiliser leurs créations.

«Tous les jeunes à l’atelier doivent faire du ski. Quand ils ont vu leurs meubles au Massif, ils étaient vraiment fiers de voir des skieurs assis sur les bancs, ils voyaient vraiment l’utilité de ce qu’ils faisaient. Ils ont vu des familles déposer leurs sacs sur les tables et des moniteurs accrocher leurs manteaux sur nos patères», raconte François Boucher, président et enseignant responsable de la petite entreprise scolaire. Il s’agit d’une vitrine exceptionnelle pour la vente de leurs meubles, selon lui.

Adaptation scolaire

Six jeunes en adaptation scolaire travaillent à l’atelier et trois élèves de cinquième secondaire s’occupent du site web et du marketing dans le cadre de leur projet intégrateur. Ils participent au processus de A à Z. «Les billots arrivent, ils les épluchent, ils sablent, ils font la teinture, l’assemblage, ils collent la charpente du banc. Ils font les choix de couleur et agencent le tout sous ma supervision. Le plus dur, c’est de percer les skis», souligne François Boucher.

Des élèves en adaptation scolaire travaillent à l’atelier chaque semaine et participent au processus de A à Z. En action: Edward Beaulieu, Jérémy Lajoie et Raphaël Pelletier.
Photo courtoisie
Des élèves en adaptation scolaire travaillent à l’atelier chaque semaine et participent au processus de A à Z. En action: Edward Beaulieu, Jérémy Lajoie et Raphaël Pelletier.

Une création de style «banc de parc» se détaille environ 200 $. La petite entreprise, une véritable réussite, a été approchée pour d’autres contrats importants qui seront annoncés prochainement.

Les créations de «Skisrécup» se retrouvent dans certains chalets de la province, par exemple à Eastman.
Photo courtoisie
Les créations de «Skisrécup» se retrouvent dans certains chalets de la province, par exemple à Eastman.