/finance/opinion/columnists
Navigation

Un nouvel indice boursier du Québec inc.

Coup d'oeil sur cet article

Composé de 15 grandes sociétés québécoises cotées en bourse, un nouvel indice boursier voit le jour, aujourd’hui même. Il s’agit de l’Indice Québec faible volatilité, le « IQ-15FV ».

Bien qu’il regroupe une brochette de titres québécois parmi les moins volatils de la Bourse de Toronto, le portefeuille du IQ-15FV nous aurait royalement enrichis... si on s’en était servi pour investir en bourse.

Conçu par le Centre d’analyse et de suivi de l’indice Québec (CASIQ), l’IQ-15FV a rapporté un rendement cumulatif de 126 % au cours des neuf dernières années, soit depuis la fin de 2008, l’année de la dernière grande crise financière mondiale.

À titre de comparaison, le baromètre de la Bourse de Toronto, le S&P/TSX, a progressé au cours de ces mêmes neuf années de seulement 68 %. C’est donc dire que l’IQ-15FV a augmenté presque deux fois plus que le principal indice torontois.

Mieux que le Dow Jones

Fait encore plus remarquable, le nouvel indice IQ-15FV a même surpassé les deux grands indices de Wall Street, soit le Dow Jones et le S&P 500, qui ont accumulé une hausse de 117 % depuis 2008.

Si on compare la progression des indices sur 10 ans, soit depuis 2007, l’année pré... crise financière, on note des écarts en faveur de l’indice québécois. Alors que l’IQ-15FV progresse de 96,6 % en 10 ans, l’indice de Toronto se contente de 35 %. Le Dow Jones a progressé de 84 % et le S&P 500 de 95 %.

En passant, la Bourse de Toronto a également un indice de faible volatilité, le TXLV (S&P/TSX Composite Low Volatility Index).

Depuis son entrée en bourse, en avril 2012, le TXLV a grimpé de 44,3 %. Pendant la même période, le IQ-15FV progressait de 103 %.

Caractéristiques

C’est Frédéric Farrugia, analyste financier au CASIQ, qui a mis au point le nouveau et intrigant indice québécois. Parenthèse : le CASIQ travaille en partenariat avec le Département de finance de l’Université de Sherbrooke et l’IRÉC, et on lui doit la création d’autres indices, tel l’indice IQ-30.

Selon l’analyste Farrugia, deux éléments distinguent l’IQ-15FV des autres indices boursiers, soit l’aspect régional des entreprises choisies et le calcul de la pondération des titres dans le portefeuille. Ledit calcul fait en sorte que ce sont les titres présentant la plus faible volatilité qui obtiennent la pondération la plus élevée dans le portefeuille de l’indice.

À quoi peut bien servir la création d’un tel indice Québec de faible volatilité ? Selon Robert Laplante, directeur général de l’IRÉC, des institutions financières pourraient s’en servir pour lancer soit un FNB (fonds négocié en bourse), un fonds commun de placement, un CPG boursier ou des notes structurées... dont le rendement serait relié à la performance du IQ-15FV. Vivement le jour où on pourra bénéficier d’un portefeuille axé sur le IQ-15FV !


►Voici les titres de l’IQ-15FV, avec leur poids respectif : BCE (9,93 %) ; Banque Royale (8,72 %) ; Banque Nationale (7,72 %) ; Corporation Financière Power (7,25 %) ; Power Corp (6,81 %) ; Québecor (6,49 %) ; Banque Laurentienne (6,37 %) ; CN (6,32 %) ; Cogeco Câble (6,12 %) ; CGI (6,09 %) ; CAE (5,93 %) ; SNC-Lavalin (5,65 %) ; Innergex (5,60 %) ; Molson Coors (5,53 %) et Metro (5,46 %).