/news/currentevents
Navigation

Décharges de taser sur un homme en bobettes: enquête en déontologie policière à Québec

Coup d'oeil sur cet article

Une enquête en déontologie policière vise des policiers de Québec pour une intervention musclée qui a mené à trois décharges de fusil à impulsion électrique sur homme en bobettes l'été dernier, a appris le Journal.

Les événements remontent au mois de juin 2017, alors que les policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) ont fait l’usage de pistolets Taser X2 sur un homme, vêtu seulement d’un caleçon, en crise au coin des rues Prince-Édouard et Letellier, à Québec.

Un témoin avait filmé toute la scène et remis la vidéo au FM93.

Sur ces images, on peut entendre un policier demander à l’homme de se coucher au sol. «Sinon je te tase», lui avait crié un agent. L’individu qui est visiblement intoxiqué est alors à genoux au sol, les bras ouverts, en position pour se rendre.

Même si l’homme d’une quarantaine d’années est immobile, le policier a dégainé. «Ayoye», a dit l’homme se tordant de douleur. À ce moment, il était entouré de six policiers en uniforme qui lui demandait de se retourner sur le ventre.

«Arrêtez, svp», exhorte l’individu qui aura finalement reçu trois décharges.

En entrevue avec le Journal à l’époque, le SPVQ soutenait que l’individu était armé.

«Il y avait présence de sang. Ses armes sont à côté de lui», avait expliqué Cindy Paré, la porte-parole du SPVQ. Un policier avait d’ailleurs dégainé son arme de service pour que l’individu lâche un couteau.

La plainte en déontologie a été déposée par un citoyen de Montréal. L’enquête déterminera si les policiers, qui étaient six pour contrôler l’individu, ont commis une erreur en devoir.