/sports/opinion/columnists
Navigation

Un grand manque de cohérence

Oilers vs Canadiens
Martin Chevalier / JdeM Je n’arrive toujours pas à m’expliquer comment on a pu retrancher Nicolas Deslauriers de la formation, jeudi dernier.

Coup d'oeil sur cet article

L’organisation du Canadien de Montréal est en déroute et, ce qui me renverse, c’est l’incohérence dans le discours des dirigeants du club.

Au début de la saison, Claude Julien a décidé de muter Alex Galchenyuk sur le quatrième trio de la formation. Insatisfait de son rendement, l’entraîneur du Tricolore avait expliqué aux membres des médias que le temps de glace devait aller au mérite.

Jeudi soir face aux Coyotes de l’Arizona, Nicolas Deslauriers a été laissé de côté. Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ce que l’attaquant d’énergie devait faire de plus pour obtenir du temps de glace ? J’ai beaucoup de mal à comprendre. Deslauriers a remporté la tranche de la Coupe Molson pour le mois de décembre et, quelques semaines plus tard, on le laisse de côté.

L’explication donnée : on voulait voir Jacob De La Rose. Vraiment ?

Qu’on nous dise la vérité. Qu’on nous confirme qu’on tente de montrer De la Rose aux autres formations de la LNH dans le but de l’échanger.

Tant qu’à dire n’importe quoi, aussi bien ne rien dire.

EN MODE ATTENTE

Puis, on cherche de l’attaque, et, après avoir offert une toute petite chance à Nikita Scherbak sur une unité offensive, on le retourne sur le quatrième trio.

À l’aube de la période des transactions, tout le monde chez le Canadien semble attendre de voir ce que Marc Bergevin fera. Max Pacioretty attend de connaître son sort, Tomas Plekanec ne sait plus sur quel pied danser tandis que Deslauriers et Phillip Danault, dont le contrat vient à échéance, attendent de connaître les plans de l’équipe.

D’ailleurs, si j’étais Marc Bergevin, je m’empresserais de m’assurer des services des deux Québécois au moins pour la saison prochaine.

Danault prendra la place de Plekanec haut la main – car j’ose croire que le Tchèque ne sera pas de retour avec le Tricolore l’an prochain – et Deslauriers s’est imposé comme un rouage important sur le quatrième trio. Il veut 1 M$ ? Qu’on le lui donne !

Si on a été prêt à donner le million à Ales Hemsky, personne ne me fera croire que Deslauriers ne le mérite pas. Voilà une autre incohérence, d’ailleurs.

FINIE LA CONFIANCE ?

Il semble qu’il n’y ait plus de communication entre Pacioretty et Marc Bergevin. Ce que j’entends également, c’est que le directeur général de l’équipe a perdu confiance en ses adjoints qui l’ont tellement mal conseillé. C’est la raison pour laquelle on le voit souvent sur la passerelle de presse ailleurs dans le circuit. Il fait la tournée lui-même afin de voir les joueurs qui pourraient potentiellement intéresser la formation.

Toutefois, cette pratique est un couteau à double tranchant.

Avoir un petit échantillon d’un joueur peut être très dangereux. La possibilité de voir un joueur pour la première fois de la saison et qu’il y connaisse sa meilleure sortie de l’année est bien présente.

TOMBER DANS LE PIÈGE

Il m’était arrivé, une année alors que j’étais avec les Draveurs de Trois-Rivières, de tomber dans ce piège. J’étais allé voir un tournoi junior B et j’étais tombé en amour avec un joueur.

Il avait connu un match phénoménal. Mes recruteurs m’avaient alors averti que plusieurs joueurs disponibles au repêchage étaient devant lui. Peu importe, le jour du repêchage, j’avais insisté pour qu’on le choisisse, coûte que coûte. Au camp d’entraînement, j’avais réalisé l’erreur : le joueur n’était pas du tout ce que j’avais vu de lui.

De là l’importance d’être bien conseillé.

– Propos recueillis par Kevin Dubé

Les échos de Bergie

BOSTON EN FEU

Mine de rien, les Bruins de Boston se retrouvent à trois points du Lightning de Tampa Bay et du sommet dans l’Est, et ce, avec trois matchs en main. Tout le monde s’attend à ce que Boston affronte les Maple Leafs de Toronto en première ronde des séries, mais ce pourrait bien être un choc Tampa-Toronto. J’ai rarement vu une équipe patiner comme le font les Bruins en ce moment. Patrice Bergeron joue du hockey inspiré. Il a toujours été très bon offensivement, mais là, il est à un autre niveau. Il est en voie de connaître sa meilleure saison sur le plan offensif, tout en demeurant l’un des meilleurs attaquants défensifs de la ligue. Il semble heureux comme un roi.

FAITES VOTRE CHOIX

Je vous laisse décider qui est maintenant le meilleur gardien au monde, car ce n’est plus Carey Price. Pourtant, à partir d’octobre prochain, il sera payé comme s’il l’était. Je continue de croire qu’une mégatransaction devrait impliquer le gardien du Canadien de Montréal. Je sais, il possède actuellement une clause de non-mouvement. Mais avec l’accord de l’athlète, cette clause peut être levée. Pour moi, Edmonton est toujours le meilleur partenaire de danse de Marc Bergevin. Leon Draisaitl serait la cible idéale dans une transaction impliquant le gardien du Canadien.

LES JEUNES, LES JEUNES...

Quand je regarde à travers la LNH, je constate que de plus en plus de jeunes joueurs arrivent dans le circuit et ont un impact immédiat. Le jeune Yanni Gourde connaît toute une saison avec le Lightning et affiche un rendement de +24 cette saison. Que dire des Brock Boeser et Mathew Barzal qui se livrent une chaude lutte pour le trophée Calder, du défenseur des Bruins Charlie McAvoy ou de l’attaquant Adrian Kempe, des Kings de Los Angeles. Pendant ce temps, je regarde à Montréal, et c’est le calme plat.