/sports/racing
Navigation

Clin d’œil à une légende

Austin Dillon fait gagner le célèbre numéro 3 de Dale Earnhardt père à Daytona

Coup d'oeil sur cet article

DAYTONA BEACH | Il n’aura mené qu’un seul tour, mais le plus important. Contre toutes attentes, Austin Dillon a remporté dimanche la 60e présentation des 500 Milles de Daytona.

Au volant de sa Chevrolet Camaro, le pilote de 27 ans a ainsi fait parader dans le cercle du vainqueur le numéro 3 rendu célèbre par Dale Earnhardt père, qui avait remporté sa seule victoire à cette Classique il y a 20 ans.

Dillon est le petit fils de Richard Childress, celui qui le fait courir en Coupe Monster Energy et celui, surtout, qui a procuré six des sept championnats à cette grande légende du stock-car décédée en 2001 au même endroit.

Dans une fin de course mouvementée, le vainqueur n’a certes pas fait dans la dentelle pour parvenir à ses fins, en poussant la voiture d’Aric Almirola avec seulement deux virages à franchir.

Cette manœuvre, douteuse certes, ne lui a pas toutefois valu une pénalité. Darrell Wallace Jr, premier pilote noir à participer au Daytona 500 depuis 1969, et Denny Hamlin, gagnant de la course il y a deux ans, ont suivi dans l’ordre.

« Je suis désolé pour Almirola »

« J’ai fait exactement ce que j’avais à faire dans le dernier tour, a expliqué le vainqueur. Je suis désolé pour la numéro 10 [Almirola], mais je suis convaincu qu’il aurait agi de la même façon.

« Quand on a la chance de gagner le Daytona 500, l’épreuve la plus importante de l’année, on prend les moyens pour y parvenir.

« C’est une grande fierté pour moi de gagner avec le 3, comme l’avait fait Dale il y a 20 ans, a-t-il poursuivi. Rouler avec ce numéro est aussi une pression énorme à supporter.

« Cette victoire, je la lui dédie. Je veux aussi remercier mon grand-père qui est l’un des grands artisans de cette réussite. Sans lui, je ne serais pas ici... »

Le cœur brisé

Almirola, lui, n’a pas semblé choqué outre mesure du comportement de Dillon, du moins lorsqu’il est apparu devant la caméra. Celui qui convoitait une deuxième victoire (mais une première au Daytona 500) en 245 départs dans la discipline-reine du NASCAR, occupait la tête avant d’aborder le troisième virage quand il a été touché.

« J’ai le cœur brisé, a-t-il relaté. Je pensais réellement que j’allais gagner le Daytona 500. Je me voyais célébrer ma nouvelle association avec l’écurie Stewart-Haas de façon éclatante, mais ce ne fut pas le cas. J’ai tout tenté pour conserver le premier rang, mais en vain. Au lieu de soulever le trophée, je vous parle plutôt à ma sortie du centre médical... »

La tolérance de NASCAR

Les autorités du NASCAR n’ont pas sévi dans cet incident impliquant les deux meneurs, comme ils se sont montrés aussi très tolérants envers plusieurs autres pilotes dont le niveau de combativité était plutôt... limite.

Bon nombre de prétendants à la victoire, dont Jimmie Johnson, Brad Keselowski, Chase Elliott et, notamment, Kevin Harvick ont été contraints à l’abandon après avoir été impliqués dans des accidents.

Dommage pour Danica

À sa dernière course en Série NASCAR, Danica Patrick a joué de malchance, éliminée elle aussi par un accident dont elle n’est pas responsable.

« Ce n’était pas le scénario envisagé, a indiqué celle qui occupait le 12e rang avant sa mésaventure. D’autant plus que la voiture était plus performante que lors des essais libres. »

Quant au Torontois D.J. Kennington, qui en était à une deuxième participation consécutive au Daytona 500, il a terminé son parcours au 24e rang, à six tours du vainqueur.

C’est au volant d’une voiture amochée qu’il a rallié l’arrivée, n’ayant pu avant la mi-course éviter le bolide de Kyle Busch, victime d’une crevaison devant lui.

 

Résultats du Daytona 500

Austin Dillon
Photo AFP
Austin Dillon
  Pilote Écurie Voiture Tours
1. Austin Dillon Richard Childress Chevrolet 207
2. Darrell Wallace Jr. Richard Petty Chevrolet 207
3. Denny Hamlin Joe Gibbs Toyota 207
4. Joey Logano Penske Ford 207
5. Chris Buescher JTG Daugherty Chevrolet 207
6. Paul Menard Wood Brothers Ford 207
7. Ryan Blaney Penske Ford 207
8. Ryan Newman Richard Childress Chevrolet 207
9. Michael McDowell Front Row Ford 207
10. A.J. Allmendinger JTG Daugherty Chevrolet 207
11. Aric Almirola Stewart-Haas Ford 206
12. Justin Marks Rick Ware Chevrolet 206
13. Trevor Bayne Roush Fenway Ford 206
14. David Gilliland RBR Ford 206
15. Clint Bowyer Stewart-Haas Ford 206
16. Jamie McMurray Chip Ganassi Chevrolet 206
17. Alex Bowman Hendrick Chevrolet 205
18. Martin Truex Jr. Furniture Row Toyota 205
19. Kyle Larson Chip Ganassi Chevrolet 204
20. Gray Gaulding BK Toyota 204
21. Jeffrey Earnhardt StarCom Chevrolet 204
22. Mark Thompson Phoenix Air Ford 203
23. William Byron Hendrick Chevrolet 203
24. D.J. Kennington Gaunt Brothers Toyota 201
25. Kyle Busch Joe Gibbs Toyota 200
26. Kurt Busch Stewart-Haas Ford 198
27. Matt DiBenedetto Go Fas Ford 198
28. Brendan Gaughan Beard Chevrolet 198
29. Ricky Stenhouse Jr. Roush Fenway Ford 197
30. David Ragan Front Row Ford 107
31. Kevin Harvick Stewart-Haas Ford 105
32. Brad Keselowski Penske Ford 102
33. Chase Elliott Hendrick Chevrolet 101
34. Kasey Kahne Leavine Family Chevrolet 101
35. Danica Patrick Premium Chevrolet 101
36. Erik Jones Joe Gibbs Toyota 59
37. Daniel Suarez Joe Gibbs Toyota 59
38. Jimmie Johnson Hendrick Chevrolet 59
39. Ty Dillon Germain Chevrolet 59
40. Corey LaJoie TriStar Chevrolet 8

Marge de victoire : 0,260 seconde | Changements de meneurs : 24 | Pilote ayant mené le plus de tours (114) : Ryan Blaney | Drapeaux jaunes : 8

 

Les pilotes canadiens au Daytona 500

D.J. Kennington
Photo courtoisie
D.J. Kennington

L’Ontarien D.J. Kennington est devenu dimanche le premier pilote canadien depuis Trevor Boys à participer aux 500 Milles de Daytona deux années consécutives. D’autres de leurs compatriotes l’avaient fait avant eux.

  • Dick Foley : 1959 et 1960
  • Jim Bray : 1964 et 1965
  • Don Biederman : 1968 et 1969
  • Vic Parsons : 1973
  • Earl Ross : 1973 et 1974
  • Roy Smith : 1976, 1977 et 1982
  • Trevor Boys : 1984, 1985, 1986, 1987 et 1988
  • D.J. Kennington : 2017 et 2018