/sports/racing
Navigation

Mario Gosselin s’en veut encore

Le chef d’équipe a cru à la victoire d’Alex Labbé

Mario Gosselin n’a pas été surpris de la prestation de son jeune protégé Alex Labbé.
Photo Louis Butcher Mario Gosselin n’a pas été surpris de la prestation de son jeune protégé Alex Labbé.

Coup d'oeil sur cet article

DAYTONA BEACH | Autant Alex Labbé cachait mal sa déception samedi où, à deux tours de la fin, une panne d’essence a mis fin à son parcours fulgurant à Daytona, autant la pilule, le lendemain, est encore très dure à avaler pour son chef d’équipe.

« Oui, je m’en veux encore, a déclaré Mario Gosselin, en entrevue téléphonique au Journal. Si on avait mis suffisamment d’essence lors de son dernier arrêt au puits de ravitaillement, on aurait probablement pu terminer parmi les dix premiers. C’était ma décision de ne pas remplir le réservoir jusqu’au bouchon. »

Gosselin a voulu gagner du temps en se contentant de mettre une quantité minimale de carburant pour que son jeune pilote de 24 ans puisse conserver sa place privilégiée à la sortie des puits.

Mais, à sa défense, qui aurait pu penser que cette course folle en Série XFinity, du jamais vu, aurait exigé 23 tours supplémentaires ?

Pari audacieux

C’est pourtant ce qui est arrivé. Des accidents à répétition ont mené à un total de 12 drapeaux jaunes et même un drapeau rouge qui a exigé que les pilotes immobilisent leur bolide sur le circuit.

« Avoir su qu’il y aurait cinq prolongations, c’est certain que les choses se seraient passées différemment. Moi, j’ai pris le pari que la course se terminerait beaucoup plus tôt. Dans ces anneaux de vitesse, en fin de course, tu as une bonne chance de gagner quand tu te retrouves dans les dix premiers. J’ai cru honnêtement qu’il aurait pu se faufiler tout en avant. »

Profitant il est vrai de la déveine de bon nombre de favoris, dont certains pilotes réguliers de la Coupe Monster Energy, Labbé occupait la 8e place quand le dernier drapeau jaune a été déployé. Tous les espoirs étaient donc permis. Mais la panne d’essence, prévisible, est venue tout gâcher.

Des éloges

« Alex a été brillant et je ne suis pas surpris, a conclu Gosselin. Je le connais depuis plus de 15 ans. Si j’ai accepté d’occuper le rôle de chef d’équipe à ses côtés, pour les 33 courses de la saison, c’est que je crois en son talent. Mais j’aurais tellement aimé que sa première participation à Daytona se termine d’une autre façon. Il aurait mérité un meilleur sort. »

Forcé de s’arrêter dans les puits pendant la dernière relance, le pilote de Saint-Albert a rallié l’arrivée au 24e rang, à un tour du vainqueur Tyler Reddick. Sa prochaine épreuve aura lieu dès ce samedi après-midi à Atlanta.


► Cette course de la Série XFinity a été spectaculaire du début à la fin. Tellement que la marge de victoire entre Reddick et Elliott Sadler, malheureux deuxième, a été de... 0,000 seconde. C’est plutôt la photo qui a déterminé le gagnant. Cet écart qui n’en est pas un sur papier a battu le record précédent (0,001 s) inscrit en 1995 lorsque Butch Miller avait devancé Mike Skinner dans la Série des camionnettes au Colorado National Speedway.