/finance/news
Navigation

Des dépenses coûteuses qui nuisent à l’épargne-retraite

Des dépenses coûteuses qui nuisent à l’épargne-retraite
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Depuis 60 ans, le REER permet de réduire ses impôts et de gonfler son épargne-retraite. Une opportunité incroyable qui ne séduit que 49 % des Québécois.

Un sondage de H&R Block révèle que 51 % des adultes ne cotiseront rien du tout. Pourquoi ? Les répondants avouent avoir d’autres « exigences financières concurrentes ».

Voici les quatre dépenses les plus coûteuses qui empêchent des milliers de Québécois de souscrire à un REER et d’atteindre l’autonomie financière...

Mariage

Les alliances et bagues de fiançailles peuvent coûter aisément 5000 $. Ce bijou de valeur sentimentale n’est jamais un investissement. Depuis 1990, 67 % des mariages au Québec se soldent par un divorce. Cinquante pour cent des couples mariés divorcent AVANT la 5e année d’union. Même si vous vous aimez beaucoup... pensez donc à un bijou de seconde... main.

La célébration d’un mariage représente, pour de nombreux Canadiens, la journée la plus onéreuse de leur vie. Elle coûte en moyenne 20 000 $ APRÈS impôt. Il vous faudra gagner près de 40 000 $ brut pour vous l’offrir. Coupez donc la poire en deux ! Gardez ça modeste et investissez la moitié dans un REER de conjoint. Au moins, vous récupérerez 40 % en déduction. De plus, le capital et les intérêts entreront dans le partage du patrimoine.

Maison trop grande

Trop de Québécois ont acheté une première maison trop grande, trop coûteuse à entretenir, à un coût d’acquisition au-dessus de leurs moyens. Pourtant, les chiffres sont limpides : être propriétaire, c’est 60 % plus cher qu’être locataire. Devenir propriétaire nécessite une excellente sécurité d’emploi, une relation de couple solide et un bon coussin financier.

Voitures de luxe

Les voitures de luxe coûtent un bras et une jambe. Ce segment représente les berlines et coupés allemands, mais aussi les gros pick-up et 4 X 4, qui se vendent souvent plus de 60 000 $. Pour se les offrir, les familles recherchant la gratification instantanée n’hésitent pas à amortir les paiements sur huit ans. Pas étonnant qu’il ne reste rien à la fin du mois pour l’épargne-retraite, les REEE et le fonds d’urgence.

Vivre sa passion

Vivre votre passion peut grever votre budget. Il est tentant de suivre sa passion pour la musique, les arts, l’humour, la photo, etc., mais restez réaliste. Surtout si vous avez de jeunes enfants. Gagner sa vie de manière totalement autonome tout en administrant efficacement ses finances n’est pas à la portée de tous. Évitez les ennuis financiers en limitant votre période d’essai comme travailleur autonome à un an ou deux, ou réservez vos activités artistiques pour vos temps libres.

Conseils

  • Tous vos choix influencent votre avenir financier.
  • Une fois vos impôts payés, faire de l’épargne devrait être votre première obligation financière.
  • Ne laissez pas les dépenses de maison empiéter sur l’épargne-retraite.
  • Avant une dépense importante, demandez-vous si elle répond à un réel besoin ou à un désir éphémère.
  • Deux tiers des mariages se terminent par un divorce. Dépensez modestement pour cette célébration.