/sports/opinion/columnists
Navigation

Retour en force du sentier 304

Motoneige
photo courtoisie La ministre déléguée aux Transports et députée de Chauveau, madame Véronyque Tremblay, est entourée du président de l’Association des motoneigistes de l’Arrière-Pays, Gabriel Lemieux, à gauche, et du président du club Le Petit Sentier de Saint-Émile, Mathieu Laplante-Bélanger.

Coup d'oeil sur cet article

Le sentier 304, qui reliait les territoires des clubs Le Petit Sentier de Saint-Émile et l’Association des motoneigistes de l’Arrière-Pays, est finalement de retour après quatre saisons d’absence.

Durant 15 saisons, ce sentier reliait les territoires des deux clubs à la hauteur du lac Clément, à l’est de la route 175. En 2014, à la suite de la perte du droit de passage dans le secteur du lac McKenzie, les responsables de l’Association des motoneigistes de l’Arrière-Pays se sont mis à la recherche d’une solution de rechange. Ils voulaient ramener ce lien essentiel entre les deux clubs.

Pour ne pas revivre une telle situation, en étant à la merci d’un droit de passage fragile, les dirigeants du club ont cherché des moyens pour créer un sentier durable. Après de multiples rencontres avec des propriétaires terriens, la municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury, les propriétaires du centre de ski Stoneham et les gens de la Québec Forest Land, ils ont obtenu les droits de passage pour entreprendre la phase 1 de leur projet ambitieux. La municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury et la Station touristique Stoneham sont devenues des partenaires du club de l’Arrière-Pays. Très tôt, bien avant que la saison 2015-2016 ne débute, d’importants travaux ont été réalisés, nécessitant un investissement de plus de 50 000 $. Lorsque la saison a été officiellement ouverte, un nouveau lien de dix kilomètres permettait de relier le sentier qui arrivait à l’ancien restaurant Le Relais du Nord, à la Station touristique Stoneham.

L’AUTRE PORTION

Il fallait maintenant trouver le moyen d’aller rejoindre le territoire du club Le Petit Sentier de Saint-Émile. C’est alors qu’après des discussions entre les bureaux de direction des deux clubs, la phase 2 du nouveau sentier a été entreprise. Il a fallu attendre l’automne 2017 pour que les deux clubs puissent entreprendre leurs travaux afin d’aboutir à la création du sentier.

Le club Le Petit Sentier, après de nombreuses rencontres, a obtenu les autorisations du ministère des Transports pour circuler sur l’emprise de La Sagamité, amenant ainsi la création d’un nouveau tronçon de sentier de sept kilomètres menant jusqu’à la station-service Petro-Canada/McDonald’s du boulevard Talbot. Pendant ce temps, de son côté, l’Association des motoneigistes de l’Arrière-Pays a poursuivi le développement de la phase 2 de son plan. Les dirigeants ont obtenu des droits de passage de propriétaires terriens et la permission du ministère des Transports de pouvoir circuler en bordure de l’autoroute 175. C’est ce qui a permis de relier le nouveau sentier du Petit Sentier de Saint-Émile à celui de l’Association des motoneigistes de l’Arrière-Pays menant à la Station touristique Stoneham. Les motoneigistes ont maintenant accès à ce secteur par le nouveau sentier 304.

TOUTE UNE AVENTURE

Si j’ai tenu à raconter cette histoire autour du sentier 304, c’est pour démontrer tous les efforts et le travail que les bénévoles des clubs consentent pour arriver à offrir aux motoneigistes un réseau de sentiers. Trop souvent, les motoneigistes qui circulent dans les sentiers oublient que sans ces hommes et ces femmes, rien de tout cela ne serait possible.

L’Association des motoneigistes de l’Arrière-Pays a investi plus de 100 000 $ dans ce projet. Il a fallu une importante mobilisation du milieu des gens d’affaires, de la politique municipale et des propriétaires terriens pour arriver à ce résultat. Tout cela s’est fait autour de la motoneige, une activité hivernale qui apporte beaucoup dans l’activité économique de plusieurs régions du Québec.

Si vous rencontrez des bénévoles dans les sentiers, prenez le temps de les remercier. C’est leur seul salaire.

Babillard nature

PRUDENCE, LE MOT MAGIQUE

Le président de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, Mario Gagnon, n’aime pas du tout la tournure que prend l’actuelle saison de motoneige en matière d’accidents. « Si, il n’y a pas si longtemps, on croyait connaître une saison bien en bas des autres concernant les accidents de motoneige, voilà que les derniers événements nous ont ramenés à la triste réalité que, trop souvent, les gens ne sont pas prudents. En tout temps, il faut garder la droite, rouler à une vitesse raisonnable et toujours faire preuve de prudence parce que les conditions peuvent changer rapidement. Malheureusement, les gens pensent à tort que tout est beau et ils relâchent leur vigilance, ce qui entraîne trop souvent des conséquences désastreuses. Pour notre organisation, un mort en motoneige est un mort de trop. Notre but est d’encadrer la pratique de la motoneige pour qu’elle puisse se faire de façon sécuritaire. »

PARE-CHOCS ET HABITACLE

Il faut toujours vous rappeler une vérité qui est tout aussi vraie pour la motoneige que pour la motocyclette, le quad ou les côte à côte, tous ces engins n’ont pas de pare-chocs ni d’habitacle sécuritaire. La personne aux commandes et son passager, s’il y a lieu, encaissent systématiquement le coup, quelles que soient les circonstances. Certes, les compagnies installent de petites tubulures, mais à la vérité, elles ne représentent aucune protection valable.

CANDIDATS ET CANDIDATES RECHERCHÉS

Les 24 et 25 février prochains, le club Les Ours blancs recevra les spécialistes de l’Université de Guelph, qui désirent compléter leur étude sur les bienfaits. Ce 3e volet portera sur l’analyse des capacités athlétiques du candidat sur un parcours enneigé et composé d’obstacles. Le tout se déroulera sur le lac Blue, à Messine, en Outaouais. Les organisateurs sont à la recherche de 20 à 30 candidats et candidates, quel que soit leur niveau d’expérience, âgés de 18 à 64 ans. Le casque et la motoneige leur seront fournis. Pour en savoir plus : Nancy au 819 441-1444 ou au 819 208-6336 et Tania Pereira au 519 851-2178.