/news/currentevents
Navigation

Agression contre une aînée: un prêtre acquitté, même si le juge ne l’a pas cru

Le magistrat n’a pas été plus convaincu par la présumée victime

<b>Charles Bizimana</b></br>
<i>Acquitté</i>
Photo Courtoisie Charles Bizimana
Acquitté

Coup d'oeil sur cet article

VAL-D’OR | Un prêtre qui était accusé d’agression sexuelle, de séquestration et de voies de fait sur une dame de 79 ans a été acquitté vendredi puisque le juge n’a cru ni la plaignante ni l’accusé.

Charles Bizimana, 46 ans, s’était rendu dans un bar du centre-ville de Val-d’Or le matin du 7 mars 2016. Il avait alors rencontré une septuagénaire qui l’avait invité à se rendre chez lui.

La suite est remplie de versions contradictoires. La victime alléguée prétendait avoir perdu connaissance après être tombée par terre en se débattant après que le prêtre lui eut pris les deux poignets. Elle alléguait que M. Bizimana était en train de l’embrasser et était étendu sur elle lorsqu’elle s’est réveillée.

« Quand je me suis réveillée, il était allongé sur moi et m’embrassait de force. [...] Il me “potassait” comme quand on fait du pain », avait-elle déclaré au procès jeudi.

Il aurait voulu aider

Le prêtre, qui est arrivé au Québec en provenance du Burundi en 2014 pour prêcher la « bonne nouvelle » (l’Évangile) en Abitibi, affirmait plutôt avoir voulu aider la dame lorsque celle-ci a chuté en se servant un verre de vin.

« J’ai voulu aller l’aider à se relever, mais elle a commencé à me traiter de terroriste musulman et de Noir. Elle m’a égratigné sous l’œil droit », avait-il témoigné.

Or, le juge Steve Magnan a jugé peu crédibles les deux versions et a relevé une quantité importante de contradictions dans les témoignages de l’accusé et de la plaignante, dont on doit taire l’identité en vertu d’une ordonnance de la cour.

Le tribunal avait donc un doute raisonnable sur la culpabilité de l’accusé et l’a acquitté des trois chefs d’accusation.

Content

L’avocat de M. Bizimana, Daniel Faucher, dit avoir toujours cru son client. « Ce monsieur-là est parachuté ici. Il ne connaît pas nos us et coutumes. Il a suivi la madame et s’est retrouvé dans une position fâcheuse », a-t-il dit.

Même s’il a été acquitté, il sera difficile pour M. Bizimana de reprendre son poste de vicaire à la paroisse de Val-d’Or.

Au moment de son arrestation en mars 2016, le curé de la paroisse de Val-d’Or, Léandre Lapointe, avait déclaré au Journal que M. Bizimana « ne s’était pas intégré, mais désintégré ». Il avait même traité l’histoire de « dégueulasse ».

Yvon Boucher, qui a été chauffeur pour M. Bizimana avant les événements, avait été déçu de ces propos. « Il va continuer à être prêtre, mais sûrement dans un autre secteur. Ça a été fait beaucoup trop vite. Il faut attendre les preuves avant de condamner quelqu’un. Ici, les preuves étaient minces », a-t-il dit.