/sports/hockey/remparts
Navigation

Marc-Olivier Alain en train de forger sa place parmi les Remparts

Coup d'oeil sur cet article

Depuis qu’il est devenu un membre à part entière des Remparts de Québec, le défenseur Marc-Olivier Alain gagne l’admiration de son entraîneur-chef Philippe Boucher. Après un retour dans le midget AAA et un détour par le hockey collégial, Alain est en train de faire mentir ses détracteurs. 

La feuille de pointage ne suffit pas pour analyser la contribution de la recrue de 17 ans, qui est toujours à la recherche d’un premier point dans l’uniforme des Remparts après 13 rencontres. Qu’à cela ne tienne, ça ne l’empêche pas de trouver une manière de se rendre indispensable à sa nouvelle équipe, de quoi ravir celui qui lui a accordé un casier dans le vestiaire.

«Ce que j’aime, c’est que c’est un joueur physique et je pense que son style colle à la manière dont on veut jouer. Il fait de bonnes choses avec la rondelle et il est dur à jouer contre. Il n’y a pas une tonne de gars comme ça», a souligné Boucher à la veille d’un programme double contre Chicoutimi et Rouyn-Noranda durant la fin de semaine au Centre Vidéotron.

À la maison

Natif de Québec, Alain avait été sélectionné en première ronde par les Islanders de Charlottetown en 2016 avant de poursuivre son apprentissage la saison suivante avec le Blizzard du Séminaire Saint-François.

Échangé aux Olympiques la même année, l’arrière de six pieds n’a pas eu l’occasion de se faire valoir en Outaouais, de sorte qu’il a été échangé aux Remparts lors du dernier camp d’entraînement en retour des services du défenseur Darien Kielb après avoir exprimé le souhait de revenir à la maison. Il s’est ensuite tourné vers les Dynamiques de Sainte-Foy puisque les Remparts affichaient un surplus d’arrières à l’automne.

«J’étais vraiment content de faire l’équipe puisque les Remparts, c’est l’équipe d’ici et c’est ici que j’habite. C’était un gros soulagement, mais je voulais prendre ma place. C’est ce que je suis en train de faire, a assuré le rouquin.

«Je ne suis pas le plus gros [joueur], mais j’aime ça brasser et je pense que les Remparts aiment cet aspect-là. Ça fait que je peux m’impliquer dans l’équipe.»

Un plan clair

Boucher avait un plan précis en tête en obtenant les services de ce produit local.

«On avait un surplus de défenseurs, alors on savait qu’on ne voulait pas l’insérer [dans l’alignement] tout de suite en début de saison. On a quand même donné un bon défenseur en Kielb qui rend de bons services aux Olympiques, mais on s’est rajeunis avec Marco et un défenseur droitier, de sa nature, il n’y en a pas une tonne. Il joue vraiment bien», a insisté le grand patron des opérations hockey, qui l’avait retranché mercredi pour donner une rare sortie à Braeden Virtue.

Pour Alain, la voie d’accotement empruntée avant d’atterrir chez les Remparts lui sert de motivation quotidienne.  «Je dois simplement prouver à chaque match que même si mon parcours n’a pas été pareil, je mérite d’être ici.»