/weekend
Navigation

La vie de Gabrielle Roy sur scène

La vie de Gabrielle Roy sur scène
PHOTO YVES RENAUD

Coup d'oeil sur cet article

Les spectateurs du TNM pourront assister à une adaptation du livre autobiographique de Gabrielle Roy La détresse et l’enchantement. C’est la comédienne Marie-Thérèse Fortin qui racontera sur les planches une tranche de vie de la célèbre auteure franco-canadienne originaire du Manitoba qui a élu domicile au Québec pour devenir écrivaine.

« C’est le rôle de ma vie », lance d’emblée la comédienne Marie-Thérèse Fortin qui sera seule sur scène pendant 90 minutes pour porter la parole de Gabrielle Roy.

Bien qu’elle travaille à apprendre son texte depuis l’été dernier, ce projet qu’elle porte à bout de bras lui trotte dans la tête depuis plusieurs années. « J’avais fait un premier montage, alors que j’étais dans la vingtaine », souligne-t-elle.

Puis en 2009, au moment de célébrer le 100e anniversaire de naissance de l’écrivaine, Marie-Thérèse Fortin avait fait une lecture publique de son montage. Mais le projet d’en faire une véritable pièce de théâtre s’est concrétisé ces dernières années.

Ce solo, qui sera mis en scène par Olivier Kemeid, se veut une adaptation de l’autobiographie de Gabrielle Roy La détresse et l’enchantement paru en 1984, un an après la mort de son auteure, et dont l’écriture avait débuté à la fin des années 1970.

« J’ai été foudroyée et bouleversée par ce livre », confie Marie-Thérèse Fortin. C’est une histoire qui touche notre fibre canadienne-française. C’est aussi une femme qui porte le désir de racheter la fatalité qui s’est abattue sur les siens. »

Montage théâtral

Avec son complice de longue date, Olivier Kemeid, avec qui elle avait notamment travaillé sur la pièce Furieux et désespérés, elle a choisi de présenter une cinquantaine de pages de l’autobiographie qui compte plus de 300 pages. « On racontera son cheminement de femme et sa venue à l’écriture », précise-t-elle.

La pièce couvrira la vie de Gabrielle Roy à partir de son enfance à Saint-Boniface, où elle deviendra institutrice. On la verra quitter son Manitoba natal en 1937 pour se rendre en Europe pour étudier l’art dramatique. C’est là qu’elle découvrira que sa véritable vocation est l’écriture. « Après un an passé en Europe, elle choisira de ne pas retourner au Manitoba, mais plutôt de s’installer à Montréal », rappelle la comédienne. Elle gagnera sa vie de sa plume, d’abord comme journaliste à la pige, avant de devenir romancière. Le récit se terminera alors qu’elle amorce l’écriture de son premier roman, Bonheur d’occasion paru en 1945, qui est devenu un livre à succès traduit en une quinzaine de langues.

Grande admiratrice

Tous les mots du récit sur scène proviennent des écrits de Gabrielle Roy, principalement de La détresse et l’enchantement. Néanmoins, quelques répliques sont tirées d’autres œuvres de l’écrivaine, notamment pour la finalité de l’histoire.

La comédienne avoue être une très grande admiratrice du travail de Gabrielle Roy. « La vie et la réalité de cette auteure m’interpellent. C’était une femme bouleversante et fascinante, et ma pulsion pour ce livre ne s’est jamais éteinte », conclut-elle.

La détresse et l’enchantement

Auteure : Gabrielle Roy

Montage dramaturgique : Marie-Thérèse Fortin et Olivier Kemeid

Mise en scène : Olivier Kemeid

Distribution : Marie-Thérèse Fortin

Au TNM du 27 février au 10 mars

À Québec au Trident à l’automne 2018