/sports/opinion/columnists
Navigation

Le CH doit s’orienter clairement

HKO-HKN-SPO-NASHVILLE-PREDATORS-V-MONTREAL-CANADIENS
AFP Pourquoi Carey Price est-il constamment blessé depuis quelques années ?

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien de Montréal a trop une grande renommée pour devenir une mauvaise organisation. Depuis quelques années, cela ne cesse de se détériorer à plusieurs niveaux et il est temps que cette situation se termine.

Les mauvaises organisations dans la LNH, on les connaît. On n’a qu’à penser aux Coyotes de l’Arizona, aux Oilers d’Edmonton et on pourrait même ajouter les Canucks de Vancouver à ce peloton. Il faut que le Canadien débarque de ce groupe en réalisant des gestes concrets. L’organisation doit faire preuve de leadership avant de parler de leadership sur la patinoire.

Le Canadien dispose d’une masse salariale extrêmement dispendieuse, probablement l’une des plus élevées pour ce qui est du personnel d’entraîneurs, des recruteurs à travers le monde et des personnes gravitant autour de Marc Bergevin. Ça prend en conséquence des résultats.

On peut comprendre que ce soit plus ardu pour une organisation qui travaille avec le minimum, comme les Sabres ou les Hurricanes, par exemple. Ils n’ont pas nécessairement les moyens pour suivre les grandes organisations en n’étant pas très riches. Puis, tu as besoin de personnes allumées à tes côtés.

À Tampa, Steve Yzerman s’occupe des gros contrats et Julien Brisebois se charge du reste. C’est une équipe bien structurée, une qualité qui s’applique aussi aux Maple Leafs et aux Penguins depuis l’arrivée de Jim Rutherford. Ça se voit, il n’y a pas d’ambiguïté chez ces concessions.

Il y a trop d’improvisation chez le Canadien. Il faut que ça arrête. J’ai été longtemps dans ce domaine et il faut savoir qui sont les leaders. On dirait que le leadership change d’une semaine à l’autre à Montréal. On planifie plutôt mal l’utilisation des joueurs. Ce fut le cas la semaine passée quand Nicolas Deslauriers a été retranché de l’alignement sans raison valable. On a ensuite évoqué le fait qu’il connaissait peut-être une baisse de régime, mais quand on pense que Lehkonen ne dispute pas de grands matchs... Ce ne sont pas les mêmes règles pour tout le monde.

Price encore blessé

En défense, Shea Weber ratera finalement le reste de la saison en raison de sa blessure au pied gauche. Sans douter de l’efficacité de l’équipe médicale du Canadien, il me semble que cela a pris du temps avant de statuer sur son cas.

Puis, l’annonce de la commotion cérébrale subie par Carey Price laisse paraître que ce n’était pas plus grave que ça. On a annoncé la nouvelle comme s’il avait une grippe ! À Pittsburgh, quand Crosby subissait une commotion, c’était le drame, autant pour l’organisation que chez les partisans. On se posait des questions. Quand on sait l’importance de Price avec le Canadien, avec tout ce qui s’est passé cette année, ça prend une direction claire.

Et pourquoi le protocole de commotion n’a-t-il pas été appliqué à Philadelphie ? Depuis quelques années, Price est souvent blessé. Pourquoi ? Pourtant, les Patrick Roy, Martin Brodeur et Dominik Hasek, les meilleurs de leur profession au cours des 30 dernières années, n’ont jamais ou presque été blessés. Idem pour Patrick Lalime, Éric Fichaud, José Théodore et Jean-Sébastien Giguère avec qui je travaille à TVA Sports.

Décision précipitée des Rangers

Pour moi, la fameuse lettre que les Rangers ont écrite à l’attention de leurs partisans était une gaffe monumentale. On a laissé tomber l’entraîneur Alain Vigneault. Comment Alain peut-il arriver à motiver sa troupe après que le président eut décidé de se diriger vers l’autre direction en faisant des transactions ? Les Rangers n’étaient qu’à trois points des séries, je trouve qu’on a abandonné très vite.

D’ailleurs, j’ai de la misère à m’expliquer ce qui se produit actuellement. Montréal, Edmonton, Ottawa et les Rangers étaient tous des clubs que l’on voyait en séries. Or, ils sont déjà éliminés ou presque de la course !

– Propos recueillis par Roby St-Gelais

Les échos de Bergie

Que fera Bergevin ?

Nous sommes à deux jours de la date limite des transactions. Que fera le Canadien ? Marc Bergevin ne peut pas juste faire une transaction. S’il échange Max Pacioretty, il doit aller chercher le gros lot. Il ne peut pas l’échanger pour l’échanger. Ça me surprendrait que Pacioretty quitte l’équipe, mais d’un autre côté, l’organisation ne peut se permettre de faire une seule transaction. Une chose est sûre, le CH sera très actif sur le marché des agents libres, surtout qu’il y aura encore plus d’argent disponible. S’il revient, Plekanec n’aura plus le même salaire et l’organisation risque de racheter un contrat. Cela pourrait bien être celui de Karl Alzner.

Médaille crève-cœur

C’est tellement désolant que l’équipe canadienne féminine de hockey ait perdu en tirs de barrage, mais c’est le règlement. Il faut souligner l’effort des filles qui a été remarquable et le travail de la gardienne Shannon Szabados.

Du côté masculin, la défaite contre l’Allemagne n’est certainement pas ce à quoi on s’attendait. Cela dit, ce que je retiens du tournoi olympique, c’est que les athlètes ont fait preuve de fierté encore une fois. Les joueurs du Canada m’ont impressionné. Ils auraient voulu aller jusqu’au bout pour gagner la médaille d’or. On a eu droit à un bon spectacle et à du bon hockey. Dans quel état d’esprit se présenteront-ils pour le match pour la médaille de bronze ? Ça va être difficile. Mais on ne peut rien reprocher à l’équipe canadienne. Et maintenant, il est clair que les amateurs veulent voir les joueurs de la LNH. Bettman aura encore gagné son pari en vue des prochains Jeux.

Le Canada a connu de bons Jeux en Corée. Je veux aussi souligner la participation de tous nos athlètes québécois et leurs performances. Bravo !

Discours touchant

Je veux en profiter pour féliciter Roberto Luongo qui a livré un discours émouvant avant le match de jeudi des Panthers à la suite de la fusillade survenue dans une école en Floride. Les joueurs des deux équipes l’ont applaudi. C’était très bien fait de sa part.