/sports/hockey/remparts
Navigation

Un autre festival offensif

Les Remparts corrigent les Saguenéens 8 à 2 grâce à un tour du chapeau de Philipp Kurashev

Un autre festival offensif
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

À trois semaines du début des séries éliminatoires, les Remparts ont continué à faire le plein de confiance sur le plan offensif samedi.

Après avoir corrigé Val-d’Or plus tôt cette semaine, les hommes de Philippe Boucher, aidés par un tour du chapeau de Philipp Kurashev, ont remis ça contre les Saguenéens de Chicoutimi en leur infligeant un cinglant revers de 8-2 sur la glace du Centre Vidéotron. Un total de 18 buts en deux parties. Il y avait matière à festoyer dans le camp québécois.

« J’ai aimé l’énergie de notre équipe, elle était bonne en partant. Ce n’est pas une habitude pour nous de marquer autant de buts, mais c’est le fun pour la foule et pour les gars. Les gars ont été transportés par la foule.

« On bouge mieux la rondelle aussi et ça vient avec la confiance. On ne dévie pas de ce qu’on veut faire et on n’a pas l’air à prendre de mauvaises habitudes malgré le fait qu’on marque plus de buts qu’à l’habitude », a souligné l’entraîneur-chef des Remparts.

Un premier pour Dubé

Depuis le temps qu’il attendait de noircir son nom sur la feuille de pointage, Pierrick Dubé a profité de cette quatrième victoire d’affilée des siens pour marquer son premier but en carrière dans la LHJMQ. Dubé, utilisé plus régulièrement depuis le mois de janvier, a envoyé le disque derrière le gardien sur le retour de Benjamin Gagné en échappée au premier tiers.

« Ce ne sont pas les chances qui manquaient, c’était une question de temps. Plus on joue, plus on prend de la confiance. Ça a débloqué aujourd’hui et je suis vraiment content », a réagi la recrue de 16 ans qui conservera bien précieusement la rondelle de sa réussite.

« Il joue vraiment bien depuis un bout. Je me mets à sa place et tu ne veux pas finir l’année avec aucun but. Ça aurait pu arriver, mais quand tu fais bien les choses [...] Ça va devenir un joueur important pour nous et ça va être bon pour sa confiance », a renchéri Boucher.

But assommoir

Contrairement à mercredi, les Remparts ont explosé dès la période initiale, s’inscrivant quatre fois au tableau. Mais c’est surtout le filet en fin de deuxième engagement de Matthew Grouchy, le cinquième des locaux, qui a cassé les jambes des Saguenéens qui ne tiraient de l’arrière que par deux buts à ce moment.

« Le cinquième but a fait du bien. On jouait très bien, mais après notre but en avantage numérique, ils ont fait 4-2. Et la pire avance au hockey, c’est celle de deux buts », a reconnu le pilote des Diables rouges.

Québec accueillera Rouyn-Noranda, dimanche après-midi, dans un duel pour la sixième place au classement général.

 

« On n’a jamais été dans le coup » – Yanick Jean

Yanick Jean n’est pas passé par quatre chemins pour commenter l’écrasante défaite des Saguenéens.

« Des buts en fin de période, ça fait toujours mal. Mais on va dire les vraies affaires, on n’a jamais été dans le coup. N’eût été la performance de [Alexis] Shank, ça aurait pu finir plus que ça. Il a été notre meilleur joueur », a déploré l’instructeur-chef des Sags.

Jean avouait que son équipe a été incapable de s’habituer aux 15 pieds supplémentaires en longueur de la patinoire du Centre Vidéotron. Depuis la fermeture temporaire du Centre Georges-Vézina, les Sags ont été contraints de disputer trois rencontres au Palais des sports de Jonquière, dont la glace mesure 185 x 85 pieds, alors que les standards nord-américains sont de 200 x 85. « On est tout mêlés à cause de la glace. Ça fait trois matchs qu’on joue sur une plus petite glace et on tombe ici, on n’est pas habitués. On était entre deux tout le match. On n’était pas capables de fermer l’espace et d’être dans leur face », a débité Jean.

Heureux pour d’anciens poulains

Sur une note plus positive, Yanick Jean s’est réjoui que deux de ses anciens protégés, Marc-André Gragnagni, avec le Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard, et Kevin Poulin, avec les Tigres, raflent la médaille de bronze avec l’équipe canadienne olympique.

« Gragnani, c’était un gars très talentueux et il était capable de faire des jeux que n’importe quel coach aimerait. Puis, Kevin a eu de très bons moments dans le junior. Il a été bon pour nous à sa dernière année à Victoriaville, quand on s’est rendus en demi-finale [en 2010]. C’est une bonne personne et c’était le fun de le coacher. »

Les Sags auront une autre commande de taille devant eux, dimanche, alors qu’ils se frotteront aux Tigres à Victoriaville.