/weekend
Navigation

« Chaque soir, je donne tout ce que j’ai »

« Chaque soir, je donne tout ce que j’ai »
Photo courtoisie, Alain Guizard/Vantage Prod

Coup d'oeil sur cet article

Après Olivier Dion, Stéphanie Bédard et Nico Archambault, c’est au tour d’une autre Québécoise de se trouver en tête d’affiche d’une comédie musicale en France. La chanteuse Valérie Daure, qu’on a découverte à La Voix (2014), incarne ces jours-ci nulle autre que Rachel Marron dans le spectacle Bodyguard, présenté à Paris.

Adaptée du film mythique de 1992 avec Whitney Houston et Kevin Costner dans les rôles principaux, la comédie musicale Bodyguard a vu le jour en 2012 à Londres. La version française est actuellement en résidence au Palais des sports de Paris (une salle de 4500 places) jusqu’en avril, avant une tournée qui sillonnera les routes de France.

Bodyguard met en scène 35 chanteurs, comédiens, danseurs et musiciens, et reprend seize des plus grands classiques du répertoire de Houston. C’est vers le Québec que la production s’est tournée pour trouver la perle rare qui pourrait camper Rachel Marron.

« Quand c’est venu vers moi, je n’avais pas nécessairement ­envie de le faire, explique Valérie Daure ­depuis Paris. Je voulais me ­concentrer sur un album. Mais c’était tellement une belle opportunité, je ne pouvais pas refuser. »

Ne pas imiter Whitney

Après avoir suivi un processus d’auditions, Valérie Daure, qu’on a aussi pu voir dans la comédie musicale Hairspray, et au petit écran dans Code F et OD+ en direct, a eu le rôle l’automne dernier, puis s’est ­installée à Paris et la grande ­aventure a commencé.

« Ils m’ont prise parce qu’ils ont senti que je pouvais construire ­complètement autre chose que ­Whitney Houston, confie la chanteuse. Ils m’ont demandé d’être moi-même. J’aborde les chansons à ma façon, je les chante avec tout mon cœur et toute mon âme. Chaque soir, je donne tout ce que j’ai. Je réussis à avoir des standing ­ovations à la fin. »

Elle avoue toutefois que le public fait une comparaison inévitable. « Mais quand les gens viennent voir le spectacle, ils me découvrent vraiment. Ils découvrent une autre artiste et comprennent que je ne suis pas venue ici pour faire une copie de Whitney, mais pour interpréter le rôle de ­Rachel Marron », ajoute celle qui donne la réplique au comédien français Benoît Maréchal.

Les critiques unanimes

La pression était grande pour Valérie Daure, qui s’est entraînée pour le rôle pendant plusieurs mois. Quand on s’embarque dans un projet associé à une légende comme Whitney Houston, les attentes sont énormes. Mais les critiques européennes ont été unanimement positives à la suite de la première du 2 février dernier.

« La Québécoise Valérie Daure est solide vocalement et assure, ­apportant sa fraîcheur et un naturel rieur à son rôle de diva », indiquait entre autres Le Parisien.

La pression est alors tombée, mais malheureusement, après la première, Valérie Daure a été très malade. Une inflammation des voies respiratoires (bronchite, trachéite) l’a empêchée de monter sur scène pendant dix jours.

« Dès que le médecin m’a donné le OK, je suis retournée sur scène, même si je toussais encore entre les chansons. »

La chanteuse, qui a fait les grands plateaux de télé français ­(l’émission Touche pas à mon poste, entre autres, sur la chaîne C8) et donné des entrevues à des médias comme le Paris Match, mise sur les retombées ­qu’aura ce projet sur sa carrière.

« Je pense qu’il y a une belle connexion entre moi et le public ­français, et que ça va me donner la chance de faire enfin un album de Valérie Daure », espère la chanteuse.