/opinion/blogs/columnists
Navigation

Grosse bisbille au Bloc québécois

Grosse bisbille au Bloc québécois

Coup d'oeil sur cet article

Il va falloir combien d’événements disgracieux avant que les militants souverainistes comprennent que Martine Ouellet a un problème qui n’a rien à voir avec la politique, le PQ ou le Bloc ?

Elle ne s’entend avec personne. Elle impose ses opinions. Elle seule détient la vérité. Son niveau de déconnexion avec la réalité est trop élevée pour en faire un chef politique gagnant. De plus, demander 100 000$ par années pour diriger un parti pauvre avec 10 députés, dont sept pourraient démissionner, relève du délire.

Le parti vient de perdre son leader parlementaire, Gabriel Ste-Marie, incapable de travailler avec la cheffe. Il n’est pas le premier. Le lien de confiance serait brisé, dit-il.

La question du jour ? Le Bloc va-t-il survivre à cette nouvelle crise ?

Chez Québec solidaire

Pendant ce temps, Manon Massé devient la figure de proue de Québec solidaire. Advenant une victoire du parti en octobre, elle serait donc première ministre.

C’est elle qui va représenter QS aux débats des chefs.

J’aime Manon Massé donc j’admire l’engagement et il y a belle lurette que j’ai cessé de voir ‘sa différence’, comme elle le dit, mais croire une instant qu’elle serait le choix des Québécois comme première ministre indique que QS aussi souffre de déconnexion aigüe de la réalité.