/slsj
Navigation

Jérémy Groleau se plaît à Chicoutimi

Jérémy Groleau
Photo d'archives Agence QMI, ANDRÉANNE LEMIRE Jérémy Groleau

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Le défenseur de 18 ans Jérémy Groleau se compte chanceux d’être abouti dans l’organisation des Saguenéens de Chicoutimi en 2015. 

Natif de St-Nicolas, situé à 30 minutes de Québec, Groleau dispute présentement sa troisième saison au sein de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Repêché en fin de première ronde par les Sags lors du repêchage de 2015, le défenseur gaucher s’est facilement adapté à son nouvel environnement. 

« J’ai vraiment été chanceux d’aboutir à Chicoutimi. L’organisation est vraiment extraordinaire. J’ai également eu la chance de côtoyer d’excellents joueurs, a lancé Groleau. La période d’adaptation a été très facile et j’ai une famille de pension extraordinaire ».

L’imposant arrière de 6'02" et 193 livres a également eu la chance de rencontrer plusieurs joueurs dès son arrivée au Saguenay, des personnes qu’il compte aujourd’hui parmi ses amis proches.

« Depuis que je suis arrivé, je suis avec Zachary Lavigne et Vincent Lapalme. Ce sont deux joueurs avec qui je m’entends super bien. Au courant des années, on s’est suivi et à force de jouer avec les mêmes joueurs pendant un bon bout de temps, on forge de très bonnes amitiés », a-t-il poursuivi.

Une année importante

Le numéro 77 des Sags est présentement dans l’année la plus importante dans la carrière de hockey. En effet, Groleau pourrait entendre son nom être prononcé par l’une des 31 formations du circuit Bettman lors du prochain repêchage de la LNH qui se tiendra en juin prochain.

« C’est ma grosse année (...) Pendant l’été, c’était très stressant en raison de la période d’entraînement, le camp et le début de saison qui arrivaient en même temps. Il faut toujours donner une bonne impression, mais j’y pense moins ces derniers temps. Je me concentre vraiment sur notre équipe avec les séries qui approchent rapidement », a avoué Groleau.

Depuis qu’il est entré dans le circuit Courteau à 16 ans, l’arrière en a profité pour améliorer un aspect du jeu qui le hantait depuis qu’il est tout jeune, c’est-à-dire, la confiance.

« C’est vraiment cette année que j’ai sorti de ma coquille et je me sens vraiment en confiance. Parfois sur la glace, je vais prendre des risques que je n’aurai pas osé faire l’an dernier », a-t-il conclu.