/slsj
Navigation

La bibliothèque d’Arvida finalement inaugurée

Des travaux de 6 M$ ont été nécessaires pour répondre aux normes d’aujourd’hui

La bibliothèque d’Arvida, restaurée au coût de 6 millions de dollars, a accueilli ses premiers usagers mardi midi.
Photo Stéphane Bouchard La bibliothèque d’Arvida, restaurée au coût de 6 millions de dollars, a accueilli ses premiers usagers mardi midi.

Coup d'oeil sur cet article

Rénovée à grands coups de millions de dollars, la bibliothèque d’Arvida a enfin été inaugurée mardi à Jonquière.

Le caractère industriel et patrimonial du quartier d’Arvida côtoie désormais la modernité des équipements placés dans l’édifice rénové de fond en comble, grâce à un investissement de 6 M$ de la part de Saguenay et de Québec.

Si la façade extérieure est fidèle aux plans d’origines et à son cachet, à l’intérieur, la bibliothèque est dotée d’une salle de tri robotisé et d’une salle de traitement numérique.

Trois fois plus grande

Des travaux majeurs ont été nécessaires pour remettre ce bâtiment qui date des années 1940 aux normes du jour. Il a notamment fallu enlever l’amiante des murs de la bâtisse. Des entreprises ont aussi dû accepter d’être déplacées pour permettre la revitalisation de ce coin du carré Davis.

<b>Carl Dufour</b><br />
Conseiller municipal
Photo courtoisie
Carl Dufour
Conseiller municipal

Pour le conseiller du secteur, Carl Dufour, qui travaille sur le dossier depuis plus de cinq ans, il était important de donner à Arvida un lieu public digne de son histoire.

« C’était la plus ancienne bibliothèque qu’on avait dans la région. On passe d’une bibliothèque de 750 mètres carrés à 2156 mètres carrés », a expliqué celui qui milite pour la reconnaissance patrimoniale du quartier d’Arvida.

Quatre emplois sont consolidés grâce à ces travaux. Trois personnes y travailleront à temps plein, en plus d’un employé à temps partiel.

Patrimoine

Le bâtiment public fait plusieurs clins d’œil au quartier dans lequel il se trouve et aux vocations passées de l’endroit. Des paniers d’épicerie utilisés pour transporter les livres rappellent que la bibliothèque a déjà abrité un magasin Steinberg.

Les luminaires originaux, découverts dans la toiture lors des rénovations, ont été reconvertis en lampes de lecture de style industriel. « Ces luminaires étaient dans l’ancien magasin People », précise Carl Dufour.

Retard

La bibliothèque devait ouvrir à la fin du mois d’octobre et être inaugurée par le maire qui avait lancé les travaux, Jean Tremblay. Des retards majeurs dans la livraison du mobilier ont retardé la fin des travaux de la bibliothèque.

Absent lors du dévoilement d’un des derniers projets qu’il a réalisés, l’ex-maire de Saguenay a fait preuve de retenue lorsque joint par Le Journal.

« Je souhaite encore beaucoup de belles choses pour les citoyens et la meilleure chance au nouveau conseil. Il est normal qu’ils éprouvent des petites difficultés d’ajustement, mais je demeure confiant que le meilleur est à venir », a indiqué M. Tremblay, alors qu’il se trouvait à Montréal.

 

3 objets historiques que l’on retrouve dans la bibliothèque d’Arvida

Une horloge qui se trouvait dans la bâtisse des cuves Söderberg d’Alcan.
Photo Stéphane Bouchard
Une horloge qui se trouvait dans la bâtisse des cuves Söderberg d’Alcan.
Des luminaires d’origine reconvertis en lampes de lecture.
Photo Stéphane Bouchard
Des luminaires d’origine reconvertis en lampes de lecture.
Une reproduction du plan original d’Arvida lors de sa construction
Photo Stéphane Bouchard
Une reproduction du plan original d’Arvida lors de sa construction