/sports/opinion/columnists
Navigation

Pacioretty: «c’est fini pour lui à Montréal et ça devrait se régler cet été»

Lightning vs Canadiens
Photo Martin Chevalier La relation entre Max Pacioretty et Marc Bergevin est brisée.

Coup d'oeil sur cet article

Max Pacioretty et Marc Bergevin doivent être déçus. Pacioretty voulait partir, mais Bergevin n’a pas eu son prix. Ce n’est que partie remise, toutefois, car la relation entre les deux est brisée comme c’était le cas de la relation entre Jonathan Drouin et Steve Yzerman à Tampa Bay.

Lorsqu’une relation est brisée, c’est terminé. Avez-vous entendu Bergevin dans son point de presse dire qu’il espérait faire signer son capitaine à long terme, cet été ? Pas du tout. Il tenait pourtant des propos bien différents, il y a un an, dans le cas de Carey Price. C’est donc clair que le plan est d’échanger Pacioretty. C’est fini pour lui à Montréal et ça devrait se régler cet été.

Ça me fait penser à la situation de Drouin à Tampa Bay, il y a deux ans. Il avait quitté le club-école du Lightning à Syracuse, et il avait fait la grève avant de revenir sur sa décision. À la date butoir des échanges, tout le monde croyait qu’Yzerman échangerait Drouin, mais il n’avait pas eu son prix. Il s’est passé un an avant la transaction Drouin-Sergachev, mais on savait que Drouin était sur la voie de sortie.

J’avoue que le point de presse de Pierre Dorion, des Sénateurs, était plus intéressant que celui de Bergevin. Il a été beaucoup plus transparent et il ne s’est pas gêné pour dire qu’il était déçu de son équipe.

Bon retour sur Plekanec

Bergevin a reçu une belle valeur pour les services de Tomas Plekanec. Un choix de deuxième ronde peut devenir une belle prise. P.K. Subban, Mike Ribeiro et moi-même, nous avions été repêchés au deuxième tour. Plekanec a rendu de précieux services au Canadien et il n’y a pas beaucoup de joueurs qui ont joué 14 saisons à Montréal. Dans dix, vingt ou trente ans, on parlera de Plekanec comme un très bon Canadien de Montréal. De plus, il a réussi à passer sous le radar sans faire trop de vagues.

Plusieurs disent que Plekanec pourrait être de retour avec le Canadien l’an prochain, mais là, je regrette, je ne suis pas d’accord. On a besoin de changement à Montréal. Ça prend une nouvelle mentalité et une nouvelle identité. Ce n’est pas en ramenant notre vieux stock qu’on va aller de l’avant. Quant à moi, Plekanec et le Canadien, c’est vraiment terminé.

Price et Weber

On a appris la semaine dernière que la saison de Shea Weber était terminée. Je ne suis pas médecin, mais d’après moi, la saison de Carey Price est aussi chose du passé. Je crois que le Canadien ne veut prendre aucune chance et on veut surtout que ces deux piliers soient en pleine forme la saison prochaine.

J’aurais aimé que Price termine la saison en force pour donner de l’espoir aux partisans, mais la bonne nouvelle, c’est que Antti Niemi et Charlie Lindgren auront la chance de jouer davantage. D’ailleurs, ces deux gardiens ont donné un deuxième souffle à l’équipe. Souvent, le Canadien a mieux joué devant eux que devant Price.

Si j’étais à la place de Price, je serais vraiment déçu par cette blessure. Soyons honnêtes. Ce ne fut pas juste une saison de misère pour lui. Ce fut un calvaire. Il aurait pu racheter quelque peu sa saison dans les dernières semaines et j’aurais aimé le voir se défoncer pour l’équipe comme l’ont fait Niemi et Lindgren.

Nicolas Deslauriers

Au moment de rédiger cette chronique, la semaine dernière, je m’interrogeais sur le fait que Nicolas Deslauriers avait été laissé de côté par Claude Julien, mais au même moment, il signait un contrat de deux ans avec le Canadien et c’est une excellente chose pour les deux parties. Deslauriers est l’une des belles révélations, cette saison à Montréal.

entrefilets

Roberto Luongo

J’ai été vraiment impressionné par le discours de Roberto Luongo, lorsqu’il s’est adressé à la foule à la suite de la tuerie de Parkland. C’était très émouvant. Il habite là depuis 12 ans, tout comme plusieurs autres joueurs de hockey. L’école de ma fille est située à 10 minutes de celle où a eu lieu la tragédie et nous avons tous été touchés par ce triste événement. Roberto a tout de même été capable de jouer son match et de gagner après son geste de support envers la communauté. Je lui lève mon chapeau, car ça devait être difficile de mettre ça de côté lorsque le match a débuté. Il y a certainement eu des moments où il pensait à autre chose que son match. Il a démontré beaucoup de caractère,

Les Jeux olympiques

Je me suis empressé d’envoyer un message texte de félicitations à mon ancien coéquipier ami, Marco Sturm, qui a mené l’Allemagne à la conquête de la médaille d’argent olympique. Il travaille vraiment fort à faire évoluer le hockey dans ce pays et ce triomphe démontre qu’il est sur la bonne voie. Quand à nos Canadiens, ils n’étaient pas favoris, mais je m’attendais à une médaille et ils ont livré la marchandise avec la médaille de bronze.

Bettman a gagné

L’absence des vedettes de hockey de la Ligue nationale a fait mal aux Jeux olympiques. Les cotes d’écoute n’ont pas été les mêmes et, d’ailleurs, il y avait des bancs vides lors des matchs. Gary Bettman est un féroce négociateur et il a gagné son point. Je crois que les hockeyeurs de la LNH seront de retour pour les jeux de 2022 et Bettman sera en position de force. C’est dommage tout de même pour les amateurs et aussi pour les joueurs qui n’ont pas eu la chance d’être là, cette année.

Les femmes en vedette

L’absence des joueurs de la Ligue nationale à Pyeongchang s’est tellement fait sentir qu’on a plus entendu parler de la finale de hockey féminin remportée en tirs de barrage par les Américaines sur les Canadiennes. D’ailleurs, c’est toute une feinte qu’a réussie l’Américaine Jocelyne Lamoureux-Davidson pour donner l’or à son pays. C’est le genre de but dont on va se souvenir longtemps et que nous allons revoir encore et encore.

– Propos recueillis par Gilles Moffet