/sports/opinion/columnists
Navigation

À quoi s’attendre?

Saphir Taïder a l’expérience des plus grands championnats.
Photo d’archives, martin chevalier Saphir Taïder a l’expérience des plus grands championnats.

Coup d'oeil sur cet article

En ce début d’année, j’ai les mêmes sentiments que j’avais en 2012 quand l’Impact a fait son entrée dans la Major League Soccer. J’ai hâte de voir l’équipe qu’on nous a concoctée. J’ai hâte de voir le style de jeu qui sera préconisé, de voir la manière dont les joueurs seront organisés sur le terrain.

Dans l’histoire du club, Rémi Garde est sûrement l’entraîneur avec le CV le plus étoffé à arpenter les lignes de côté. Saura-t-il transposer son savoir de ce côté-ci de l’Atlantique ?

On se le souhaite.

Ces dernières années, l’attaque n’a jamais été un problème pour le Bleu-blanc-noir. De Marco Di Vaio à Didier Drogba en passant naturellement par Ignacio Piatti, l’Impact n’a jamais eu trop de difficulté à faire résonner la cloche du Stade Saputo. En fait, c’est plus la défense qui était le talon d’Achille du club.

Que nous réserve l’édition 2018 de cette équipe d’un point de vue défensif ? Connaissant le parcours de Garde, je suis certain que ses exigences sont connues des joueurs et qu’il est clair dans ses assignations. Ce n’est peut-être pas le côté le plus sexy du soccer, mais c’est en défense que cette saison devrait se jouer.

Magasinage

Au cours de l’entre-saison, l’Impact a perdu des joueurs importants. Les Laurent Ciman, Blerim Dzemaili, Patrice Bernier et Hassoun Camara ont tous quitté l’équipe pour une raison ou pour une autre. D’un point de vue numérique, ils ont tous été remplacés. Par contre, j’ai des doutes sur le fait qu’on ait renforcé le XI montréalais.

Personnellement, parmi toutes les nouvelles acquisitions de l’Impact, j’ai un faible pour Saphir Taïder. J’ai hâte de voir comment il va aider l’équipe. Même si à 25 ans il est encore jeune, l’Algérien a l’expérience des plus grands championnats. Son entente avec Piatti pourrait rythmer la saison du Bleu-blanc-noir.

Malgré l’arrivée des Raheem Edwards, Jukka Raitala et Zakaria Diallo, qui devraient aussi voir beaucoup de terrain, Garde devra trouver d’autres joueurs pour combler les besoins de l’effectif.

En ce sens, les premières semaines donneront une meilleure lecture du travail qui reste à faire.

Certes, les matchs préparatoires sont importants, voire nécessaires, mais la valeur du groupe se révélera dans les matchs qui comptent vraiment.

Cela dit, tous les joueurs qui étaient avec l’équipe la saison dernière vous le diront : on peut se fier à Piatti. Cette année encore, l’Argentin aura beaucoup de pression sur ses épaules. Il devra remplir les filets si l’Impact veut avoir du succès et frayer avec les meilleures équipes de la MLS.

Commencer du bon pied

Encore plus que la tactique qu’emploiera Garde, c’est l’intensité des joueurs qui retiendra mon attention au premier match à Vancouver, dimanche. J’espère y voir une nouvelle énergie, une nouvelle intensité de la part de l’Impact pour bien lancer cette saison.

D’un point de vue technique et tactique, ce ne sera pas parfait, on l’anticipe. Mais comme c’est le début d’une nouvelle ère, il n’y aura pas d’excuses. Les joueurs doivent sortir des blocs de départ avec fougue.

De plus, ce premier match oppose le club montréalais à un rival canadien, les Whitecaps, à qui on prédit une bonne année. En ce sens, ce sera un excellent baromètre pour l’Impact nouvelle version et pour la manière Garde.