/slsj
Navigation

Coup de filet des agents de la faune au Saguenay-Lac Saint-Jean

Coup de filet des agents de la faune au Saguenay-Lac Saint-Jean
Capture d'écran TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Soixante-dix personnes ont été arrêtées mercredi matin pour pêche, vente et achat illégaux de poissons. Les agents de protection de la faune préparaient cette excursion depuis plus de deux ans.

Les amendes individuelles sont 1825 $, et pourraient totaliser plus de 175 000 $. Des adeptes de la pêche blanche vendaient leurs prises à des acheteurs.

«Selon la rareté du produit, ça se vendait entre 1 et 5 $ la douzaine», a précisé Jasmin Larouche, directeur régional au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

L'éperlan arc-en-ciel était particulièrement privilégié par les braconniers. Il est comestible, et est utilisé comme appât pour pêcher le poisson de fond. Un pêcheur ne peut toutefois en posséder plus de 120 à la fois, selon les quotas du ministère.

«La vente, c'est justement ce qui incite un pêcheur à violer les quotas», a souligné M. Larouche. On parle automatiquement de braconnage, et c'est une infraction majeure.»

L'imposition d'un quota vise à protéger l'écosystème. L'éperlan sert à nourrir d'autres espèces, comme «la morue, le saumon atlantique, qui sont aussi des espèces qu'on peut pêcher», a signalé Amélie Bérubé, qui est biologiste au ministère. «Si on enlève trop d'éperlans, ça a un impact sur d'autres types de pêche», a-t-elle ajouté.

Ce sont des informations du public qui ont alerté les agents de la faune en 2015. Pendant l’enquête, ils ont découvert non pas un réseau unique, mais plusieurs petits indépendants.

L'opération de mercredi a mobilisé une centaine d'agents d'autres régions du Québec. Une cabane à pêche et divers articles de pêcheurs ont été saisis. D'autres arrestations pourraient survenir.
Le poisson saisi sera remis à des banques alimentaires du Saguenay Lac-Saint-Jean.