/slsj
Navigation

Écohameau de La Baie: un laboratoire axé sur un mode de vie écologique

Écohameau de La Baie: un laboratoire axé sur un mode de vie écologique
Capture d'écran TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | À une dizaine de kilomètres de l'arrondissement de La Baie, à Saguenay, se trouve un laboratoire vivant axé sur un mode de vie écologique. Une trentaine de personnes vivent sur les terres de l'Écohameau en tentant de trouver de nouvelles technologies qui réduiront l'impact de l'humain sur l'environnement.

Les maisons sont construites avec des ballots de pailles et une couche de mortier, un procédé unique qui a pris racine dans la région avec l'aide du Groupe de recherches écologiques de La Baie (GREB). La technique a été développée par Patrick Déry et Martin Simard, au milieu des années 1990. Depuis ce temps, la technique est utilisée un peu partout dans le monde.

Une maison économique

Le cœur de la maison de Pierre Gilbert, qui habite depuis près de 20 ans dans ce mode de vie, est le foyer de masse, qui fait office à la fois de système de chauffage, mais également de chauffe-eau, de séchoir à linges et de cuisinière.

«Avec un seul feu, le matin, la maison est chauffée pour le reste de la journée. On peut cuisiner et avoir de l'eau chaude. Vous comprendrez qu'est c'est très bénéfique sur le plan énergétique.»

Malgré les hivers difficiles du Québec, la facture d'électricité de la famille de Pierre Gilbert s’élève à 40 $ par mois, soit près de 300 $ par année. En comparaison, dans une maison classique, la facture peut parfois s'élever à ce montant pour un seul mois.

En été, la maison est chauffée et éclairée par des panneaux solaires.

Autosuffisance alimentaire

Les familles qui habitent sur l'écohameau sont pratiquement autosuffisantes sur le plan alimentaire. Un système de jardin intérieur permet aux familles d'avoir des légumes frais à l'année. De plus, quelques animaux vont aider à réduire le nombre d'achats qui devront être faits à l'épicerie.

Parmi ce que les familles produisent, on retrouve les oeufs, le lait de chèvre, les légumes, les légumineuses, le pain et bien plus encore.

Toilettes compostables

Plusieurs habitants de l'écohameau vont faire du compost avec le contenu des toilettes. Bien que la méthode puisse en étonner plusieurs, elle a toutefois été éprouvée. «C'est aberrant de faire nos besoins dans de l'eau potable, ici nos toilettes n'ont aucunement besoin d'eau», a souligné Pierre Gilbert.

C'est de la sciure de bois qui est déposée directement sur la matière fécale. Ensuite, le contenu de la toilette est versé plus loin sur le terrain. Mais avant de devenir du compost, la matière doit passer au minimum un an, dont un hiver, à l'extérieur pour tuer toutes les bactéries qui pourraient s'y être logées.

L'écohameau fait des petits un peu partout dans la région et ailleurs au Québec. Plusieurs terrains ont déjà été vendus dans un nouveau développement à vocation environnementale.