/sports/opinion/columnists
Navigation

La survie des sentiers assurée

Motoneige
Photo Julien Cabana De gauche à droite, le président de la Fédération des motoneigistes du Québec, Mario Gagnon, la ministre du Tourisme, madame Julie Boulet, le député de Maskinongé, monsieur Marc H. Plante, le président de la Fédération québécoise des Clubs Quads, Alain Decoste, et la ministre déléguée aux Transports, madame Véronyque Tremblay.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-SÉVERIN DE PROULXVILLE | Afin de permettre aux clubs de motoneige et de quad de pouvoir sécuriser leurs sentiers et en assurer la pérennité, le gouvernement a décidé d’investir près de 11 millions de dollars en aide financière temporaire.

La nouvelle a été annoncée hier, en Mauricie, par la ministre déléguée aux Transports, madame Véronyque Tremblay, en compagnie de la ministre du Tourisme, ministre responsable de la Mauricie et députée de Laviolette, madame Julie Boulet.

« Une pratique du VTT et de la motoneige accessible et sécuritaire, voilà notre engagement envers les adeptes de ces loisirs, a déclaré la ministre. Avec l’aide financière annoncée aujourd’hui, nous souhaitons donner un véritable élan aux fédérations et aux clubs qui font face à des défis importants en matière de sécurité et qui, sans cesse, poursuivent leurs efforts pour assurer la pérennité des sentiers. »

Pour sa part, la ministre Boulet tenait à souligner que cette annonce est aussi un appui important pour l’activité économique hivernale de plusieurs régions.

« Avec cette annonce, notre gouvernement contribue à préserver le plaisir associé à la pratique du VTT et de la motoneige et nous assurons les régions, pour qui ces activités s’avèrent un apport économique important, d’un encadrement de qualité. »

UNE AIDE PRÉCIEUSE

Pour le président de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, Mario Gagnon, cette aide financière supplémentaire représente le coup de pouce dont il avait besoin pour mener à bien son dossier de sentiers permanents.

« Nous nous sommes donné comme objectif de sécuriser le réseau et de créer de sentiers permanents qui représentent l’avenir de la pratique de la motoneige. Nous devons y arriver avant la levée du moratoire en 2020. Nous manquions de fonds pour réaliser certains travaux d’infrastructures qui sont nécessaires à ce processus. Avec cette aide supplémentaire que nous accorde la ministre, nous allons être en mesure de relancer la machine pour réaliser notre objectif. Sans cet apport financier spécial, nous n’aurions jamais eu le résultat escompté. »

Le réseau de sentiers de motoneige a plus de 40 ans. Il est certain qu’à plusieurs endroits, d’importants travaux étaient devenus nécessaires. Cela permettra aussi d’ajouter l’élément sécurité avec une plus grande signalisation et des corrections apportées à certains parcours de sentiers. Plusieurs ponts pourront être construits, évitant par le fait même de passer sur les cours d’eau.

Du côté de la Fédération québécoise des Clubs Quads, le président Alain Decoste se réjouissait lui aussi de l’annonce.

« Nous accueillons avec joie cette annonce de l’implantation d’un programme d’aide financière temporaire pour le monde du véhicule hors route (VHR). C’est de cette manière que nous allons assurer la pérennité de notre loisir, avoir un réseau de sentiers plus sécuritaires et permettre d’immenses retombées économiques dans nos villes, régions, villages, et ce, pour tout le Québec. »

L’IMPORTANCE DE LA MOTONEIGE

En apportant cette contribution financière spéciale, le gouvernement continue de suivre sa ligne de pensée dans les deux dossiers. Également, il faut se rappeler que la motoneige fait partie de la stratégie hivernale du Québec. « Annuellement, ce sont plus de 30 000 touristes de l’étranger qui viennent chez nous pour pratiquer la motoneige, ajoute la ministre Tremblay. Il fallait appuyer les bénévoles et leur donner l’élan nécessaire pour leur permettre d’améliorer et de sécuriser notre offre de sentiers uniques. »

D’ici quelques semaines, l’annonce des différents travaux qui seront exécutés sera faite à partir de la liste des projets soumis qui avaient été refusés, faute de fonds disponibles.

Babillard nature

LA SÉCURITÉ

Plusieurs personnes sont impressionnées par le nombre de décès, cette saison, en motoneige et avec raison. Il faut comprendre que tout tourne très souvent autour de l’aspect humain dans des accidents. Hier, en quittant la conférence de presse, un motoneigiste qui s’amenait dans le sentier en parallèle avec la route n’a pas ralenti assez rapidement à l’approche de la traverse de route, malgré la signalisation bien présente. Si nous n’avions pas été attentifs, il aurait pu y avoir collision. Tout cela résultait d’un manque de prudence de la part du motoneigiste aux commandes et non de la motoneige comme telle. Le ministère des Transports, la Fédération des clubs de motoneigistes ou tout autre organisme auront beau faire toutes les campagnes de sécurité possibles, tout repose sur la personne qui est aux commandes de la motoneige. C’est aussi simple que cela.

TOUT UN RELAIS

Hier, la conférence de presse se déroulait au Relais de la Station, situé à Saint-Séverin de Proulxville, un endroit que tous les motoneigistes et les quadistes gagneraient à découvrir. Le propriétaire des lieux, Guy Leblond, nous expliquait que son endroit est situé aux confins de nombreux sentiers que les adeptes des deux loisirs peuvent emprunter afin de rejoindre d’autres régions. Dans un rayon de 50 kilomètres autour de chez lui, on retrouve Trois-Rivières, Champlain, Portneuf ou encore La Tuque. Pour les motoneigistes, vous pouvez joindre l’endroit qui offre la restauration et l’hébergement en tente prospecteur par le sentier 351, que vous empruntez par la Trans-Québec numéro 3, alors que pour les quadistes, c’est le sentier 50. Les sentiers passent directement dans la cour de l’établissement.