/opinion/blogs
Navigation

Le retour du fantôme de l'opéra souverainiste

Le retour du fantôme de l'opéra souverainiste

Coup d'oeil sur cet article

N’importe qui avec un parcours similaire aurait été vite barbouillé sur la place publique. Mais Jean-Martin Aussant profite d’une mystérieuse indulgence.

On en a eu de beaux exemples à la télévision du Canada. Sourires, complicités, questions bienveillantes. À tu et à toi...

On dirait que le PQ et ses vétérans référendaires sont dans un tel pétrin qu’un reproche trop bien senti à heure de grande écoute mériterait le bonnet d’âne à celui qui le formule...

M. Aussant doit lui-même être surpris de l’aisance de son retour en piste. Il est reçu avec un respect quasi religieux et sa froideur naturelle, au lieu de rebuter, incite à la génuflexion, voire au baisemain.

Sa majesté s’explique peut-être aussi par la lourdeur de son karma...

Le retour du fantôme de l'opéra souverainiste
PHOTO AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

Pour les indépendantistes désespérés, c’est une sorte de héros malheureux, un maquisard de la patrie, deux fois recrue de la fratrie...

On imagine la déception de Québec solidaire dont les espoirs étaient légitimes. Avec Aussant, la lutte au capitalisme aurait peut-être fini par sortir du folklore marxiste-léniniste.

Il y a quelques mois, le fondateur d’Option nationale faisait la tournée des assemblées de cuisine avec Gabriel Nadeau-Dubois. C’est d’ailleurs là que s’est réfugié Zanetti et les naufragés d’ON... Ils l'attendaient, silencieusement.

Les solidaires étaient optimistes jusqu’à tout récemment. Mais, contre toute attente, le fantôme de l’opéra souverainiste est retourné chez ceux qu’il avait fuis, ceux qui priaient, mains jointes ou doigts croisés, espérant un sauveur, un messie, et pourquoi pas un autre ailier gauche...

C’est dans Pointe-aux-Trembles, la dernière franchise du PQ à Montréal, que les instances partisanes voudraient célébrer sa résurrection.

C’est montrer bien peu de respect envers Maxime Laporte qui y est à pied d’œuvre depuis janvier... Il était où Aussant, l'ancien Carré rouge, pendant que Laporte s'afférait? Il réfléchissait avec le politburo?

Que Laporte se présente ailleurs, et pourquoi pas dans Vachon!, lui a-t-on cavalièrement suggéré à la télé, par l’entremise de Bernard Drainville. 

Cette façon de faire, en plus d'être méprisante, met en évidence la propension des indépendantistes aux guerres intestines. On dirait une incompétence innée. N’est-ce pas ce qui aura tué le Bloc dont la dislocation est de mauvais augures pour le PQ...

Le retour du fantôme de l'opéra souverainiste
Photo d'archives, Agence QMI

Autre objet de réflexion: le retour de Pierre Karl Péladeau. Quand? «Dieu seul le sait» mais, de toute évidence, l’ex député de Saint-Jérôme s’ennuie du jeu politique et voudrait bien y revenir.

Ce serait un défi pour Jean-François Lisée. Entre Aussant qui siffle l’Internationale en nouant ses cravates de soie et PKP pas mal moins entiché de socialisme, le PQ devra réapprendre à marcher: gauche, droite, gauche, droite...

S’il est divertissant, le retour des fils prodigues refait planer sur le Québec une menace que l’on croyait écartée: un PQ ragaillardi nuira à la CAQ et donnera aux libéraux ce qui leur manque pour garder le pouvoir...

Philippe Couillard affiche un bien étrange sourire, ces jours-ci...