/news/currentevents
Navigation

La Couronne incertaine dans le dossier Jaggi Singh

Jaggi Singh, accusé
Photo Stevens LeBlanc Jaggi Singh, accusé

Coup d'oeil sur cet article

Le dossier de Jaggi Singh devant la cour municipale de Québec a pris une tournure inattendue jeudi, alors que la procureure de la poursuite a demandé la remise de la cause pour «revoir les orientations du dossier».

La procureure a affirmé au juge Pierre Bordeleau «devoir peut-être prendre de nouvelles orientations dans le dossier» à la lumière des informations dévoilées lors du contre-interrogatoire du sergent-détective Stéphane Noël, cuisiné toute la matinée par Jaggi Singh. Ce dernier est accusé d’entrave et de supposition de personne après avoir été arrêté lors des manifestations du 20 août dernier à Québec. Il s’était alors fait passer pour le hockeyeur Michel Goulet.

Questionnée à savoir si les accusations qui pèsent contre le manifestant anarchiste pouvaient tomber éventuellement, la procureure s’est faite avare de commentaires. «Nous allons devoir discuter de tout ça avec le procureur en chef et réévaluer le dossier. Nous verrons tout ça la semaine prochaine», a brièvement lancé Me Guillemette, en faisant référence à la date de remise prévue pour le 8 mars.

Divulgation de la preuve

Les éléments ayant mené au report du dossier ont été dévoilés en matinée jeudi, alors que le sergent-détective Noël a été encore une fois longuement questionné par Jaggi Singh, qui se défend seul.

Le juge Bordeleau s’est montré surpris lorsque l’enquêteur a indiqué que les communications des pelotons responsables du secteur où Jaggi Singh a été arrêté, lors des manifestations du 20 août 2017, étaient enregistrées, mais n’avaient jamais été remises en preuve. «Ce sont des éléments qui pourraient être pertinents pour la défense», a souligné le magistrat.

«Elles n’ont pas été remises parce que je ne les ai tout simplement pas. Je ne sais pas quoi vous dire, Monsieur le Juge, je ne les ai jamais eues», s’est défendue la procureure, visiblement irritée.

«Depuis le début, on me dit que tout ce que je demandais n’existait pas ou avait déjà été remis, mais je me rends compte aujourd’hui que ce n’est pas le cas. Je crois avoir bien établi aujourd’hui [jeudi] que je ne faisais pas une partie de pêche et que tout ce que je demande est pertinent», a quant à lui réagi Jaggi Singh.

Arrêt des procédures?

Le manifestant n’a pas voulu s’avancer en entrevue sur les possibilités d’un arrêt des procédures ou d’un retrait des accusations qui pèsent sur lui. Il a toutefois abordé cette possibilité lors de l’audience, jeudi matin, rappelant l’importance pour lui d’obtenir l’entièreté de la preuve pour assurer sa défense.

Jaggi Singh reviendra en cour le 8 mars.