/misc
Navigation

La rue Saint-Joseph, nouvelle Grande Allée?

La rue Saint-Joseph, nouvelle Grande Allée?
Mathieu Belanger/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

C’est confirmé, les locaux du défunt Cercle seront occupés par le Shaker Cuisine et Mixologie. Cette chaîne de restaurant bar se «spécialisant dans les cocktails, tartares et burgers gourmets dans un décor industriel chic». Le restaurant de la basse-ville sera le 11e de la chaîne et des rumeurs veulent que la salle de spectacle adjacente se transforme en bar à chanson La P'tite Grenouille.

 
J’habite et fréquente le quartier Saint-Roch depuis le début des années 2000. À l’époque, j’étudiais à l’École des arts visuels de l’Université Laval et j’habitais Saint-Jean-Baptiste parce que le quartier en bas du cap faisait peur. C’était l’époque des motards.
 
Le seul endroit que nous fréquentions, nous petites étudiantes issues de la banlieue, était le mail Saint-Roch (pour y acheter des matériaux) et le bar le Scanner. Tout le reste de ma vie estudiantine se passait en haute-ville, plus précisément dans le quartier Saint-Jean-Baptiste.
 
Un jour, un petit consortium de gens eut la brillante idée d’ouvrir une galerie d’art dans le local qui sera plus tard occupé par Le Cercle. Affublé d’un mini-bar, plusieurs artistes de toutes les disciplines s’y réunissaient, se rencontraient, partageaient des idées. La jeune faune créative de Saint-Roch avait enfin trouvé un refuge.
 
Cet endroit fut très fertile, car quelques années plus tard, un groupe de jeunes associés dynamiques reprirent le lieu pour créer Le Cercle. Pour la majorité des gens qui habitent en banlieue, Le Cercle était un endroit sympathique et original où l'on pouvait manger et aller voir un bon show. Pour les gens des quartiers centraux, et surtout pour les artistes, il s’agissait d’un véritable laboratoire, d’un épicentre, voire même d’un lieu rassurant, mais l’fun. 


 
Je me souviens de Fred qui connaissait le nom de ses clients par coeur, hyperactif sur deux pattes, il accueillait tout le monde personnellement: «Hey, Marjo, vient t’asseoir, ça va? Je vais te présenter ce chorégraphe de malade!» Et la chimie opérait. Rares sont les établissements privés qui avaient pour but de dynamiser réellement la vie culturelle (au sens large) d’un quartier, mais aussi de la ville tout entière.
 
Combien de projets sont nés sur le coin d’une table du Cercle?
 
Le Cercle embarquait dans les projets les plus originaux, ses murs étaient garnis d’oeuvre d’art et même son sous-sol était occupé par des initiatives théâtrales émergentes, des DJ locaux, etc. La salle de spectacle principale accueillait des groupes de musique locaux, mais aussi des groupes de renom. Les anniversaires du Cercle étaient mémorables! 


 
Trêve de nostalgie, Le Cercle a réellement contribué à changer l’image de la ville de Québec aux yeux de plusieurs, notamment au sein de la communauté artistique de Montréal. Combien de fois ai-je entendu: «Ça bouge donc ben à Québec avec Le Cercle, on a quasiment le goût de venir s’établir chez vous». Je me souviens de l’intention du maire de créer un bassin de rétention artistique pour les créateurs d’ici. Le Cercle y a grandement contribué.


 
Avec l’annonce de sa vente au groupe Le Shaker et la possible venue d’une P'tite Grenouille, c’est toute une synergie locale que nous perdons. L'homogénéisation des commerces de proximité est triste, car elle attire des gens qui n’habitent pas sur place, qui viennent et qui repartent.


 
Ces citoyens issus pour la plupart des banlieues contribuent à remplir les coffres des propriétaires des commerces, mais ne contribuent en rien à dynamiser la vie de quartier, à créer la rencontre avec des humains qui occupent le territoire sur lequel ils ne viennent que dépenser.
 
Pareil à la Grande Allée
 
Je n’ai rien contre la Grande Allée, mais une seule suffit. Un petit Walt Disney par ville est suffisant, non?
 
Nous sommes tellement formatés par les impératifs économiques que la plupart diront que c’est bon pour le quartier, que ça y amènera des touristes. Mais que restera-t-il pour les citoyens du quartier Saint-Roch? Je sens que la migration vers Saint-Sauveur va s’accélérer.
 
Sinon, vous avez remarqué que les entrées de villes se ressemblent toutes au Québec? D’affreux boulevards où se succèdent Walmart, Canadian Tire et autres verrues urbaines? 


 
Ben à Québec, ça a l’air qu’on prend de l’avance pis qu’on étend ça au centre-ville.