/news/politics
Navigation

Voyage en Inde: les libéraux muets sur l’ex-terroriste sikh

Atwal sur une liste d’invités à un souper en Inde avec Trudeau

INDIA-CANADA-DILOMACY
Photo AFP Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, alors qu’il inspectait la garde d’honneur au cours d’une cérémonie qui s’est tenue au palais présidentiel de New Delhi, en Inde, le 23 février dernier.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA  |  Les libéraux ont fait barrage jeudi aux demandes de l’opposition visant à faire la lumière sur l’invitation d’un ex-terroriste sikh à une réception officielle, la semaine dernière, lors de la visite de Justin Trudeau en Inde.

Alors que le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, comparaissait devant le Comité permanent de la sécurité publique et nationale, le député conservateur Pierre Paul-Hus a demandé à ce que le conseiller à la sécurité nationale, Daniel Jean, y soit convoqué.

Son témoignage aurait permis d’expliquer comment Jaspal Atwal, condamné en 1986 au Canada pour tentative de meurtre à l’endroit d’un ministre indien, s’est retrouvé sur une liste d’invités à un souper en présence du premier ministre Trudeau, à Delhi.

<b>Jaspal Atwal</b></br>
<i>Ex-terroriste</i>
Photo courtoisie
Jaspal Atwal
Ex-terroriste

La majorité libérale a voté contre tout débat sur le sujet. Une deuxième motion similaire a également été battue, qui demandait d’entendre le directeur des opérations de la sécurité du Bureau du Conseil privé pour savoir si M. Atwal avait fait l’objet d’un « contrôle adéquat » avant l’invitation.

Avare de détails

Questionné sur l’incident Atwal, le ministre Goodale a été avare de détails, se réfugiant derrière la confidentialité des opérations de sécurité nationales. « Je ne peux pas discuter de renseignements classifiés », a-t-il répété plusieurs fois.

Il n’a pas pu confirmer si oui ou non la Gendarmerie royale du Canada ou le Service canadien du renseignement de sécurité avaient examiné à l’avance la liste d’invités de l’événement du 22 février, renvoyant les demandes conservatrices au Bureau du Conseil privé.

Invitation retirée

« Il faut clarifier la situation. Le ministre invoque que les renseignements sont confidentiels, mais il y a de l’information qui peut être donnée aux Canadiens et aux parlementaires, parce qu’actuellement, ça ne fait aucun sens », a réagi le conservateur Pierre Paul-Hus à sa sortie du comité.

Dès que l’invitation lancée à M. Atwal a été ébruitée, le bureau du premier ministre l’a retirée et a ensuite affirmé qu’elle avait été faite par le député libéral Randeep Sarai.