/sports/hockey
Navigation

«La situation financière des Flames se détériore», -Gary Bettman

Gary Bettman
Photo AGENCE QMI, JOEL LEMAY Gary Bettman

Coup d'oeil sur cet article

Gary Bettman a lancé une bombe à Calgary vendredi en déclarant que la situation financière des Flames se détériorait.

Le commissaire de la Ligue nationale de hockey a affirmé que les Flames faisaient auparavant des chèques pour le partage des revenus, mais que maintenant ils en reçoivent. Et que les montants de ceux-ci sont toujours plus élevés.

«Les chèques sont plus gros d’année en année, ce qui veut dire que la situation financière se détériore. Chaque saison supplémentaire que les Flames passent dans leur amphithéâtre actuel affecte la stabilité financière et la compétitivité de l’équipe», a-t-il indiqué en point de presse à l’occasion de son arrêt à Calgary dans le cadre de sa tournée canadienne.

Du même souffle, il a cependant déclaré qu’il n’était pas venu en Alberta pour menacer les propriétaires des Flames.

«Je ne suis pas ici pour faire des menaces, je ne fais que décrire la situation telle qu’elle est. C’est le plus vieil amphithéâtre de la ligue. C’est clair que l’équipe a besoin d’un nouvel aréna. Cela dit, Calgary est un bon marché de hockey et compte sur un bon bassin de partisans», a-t-il expliqué.

Il n’entrevoit d’ailleurs pas pour l’instant l’éventualité d’un déménagement ou de la vente de la concession.

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, et les Flames sont à couteaux tirés concernant la construction d’un nouvel amphithéâtre de 555 millions $. La Ville de Calgary avait révélé le 21 septembre qu’elle avait proposé aux Flames de payer le tiers des coûts de construction de cet aréna, ce qui était insuffisant pour la formation détenue par Calgary Sports & Entertainment.

La Ville s’était par ailleurs engagée à débourser également 150 millions $ supplémentaires pour les infrastructures publiques qui entoureraient les futures installations.

En juillet, le président des opérations hockey des Flames de Calgary, Brian Burke, avait menacé de déménager l’équipe si la Ville n’appuyait pas assez le projet. Critiqués pour ces menaces, les Flames avaient baissé le ton, tout en blâmant le maire.

Le Scotiabank Saddledome, jugé désuet selon les normes de la LNH, sert de domicile aux Flames depuis 1983.