/news/consumer
Navigation

Boissons alcoolisées énergisantes: Éduc’Alcool prône un retrait de la vente

Four loko
Photo d'archives, Matthieu Charest

Coup d'oeil sur cet article

L’organisme Éduc’Alcool propose de mettre en pratique un «principe de précaution» en retirant temporairement de la vente les boissons alcoolisées énergisantes comme le FCKD UP, dans la foulée de la mort d’une adolescente à Laval.

Mercredi, le corps d’Athena Gervais, une adolescente de 14 ans, a été retrouvé derrière l’école Poly-Jeunesse, à Laval. Un rapport d’autopsie préliminaire et des témoignages de ses amis laissent croire qu’elle aurait bu une importante quantité de boisson FCKD UP, avant de faire une chute et de tomber dans un ruisseau, a rapporté Le Journal.

«Il y a six mois, on a déjà fait une mise en garde contre ces boissons-là», a déploré le directeur général d’Éduc'Alcool, Hubert Sacy, en entrevue avec l’Agence QMI.

Selon lui, les gouvernements fédéral et provincial devraient se questionner sur la pertinence de permettre la vente et la promotion de boissons énergisantes à haute teneur en alcool.

La boisson FCKD UP, qui titre à 11,9 % d’alcool par volume, contient l’équivalent de quatre verres d’alcool par canette de 568 ml, en plus d’une importante quantité de sucre et de stimulants, dont le guarana, interdit aux États-Unis. Quelqu’un qui boit deux canettes atteint donc le stade de consommation dangereuse d’alcool, fixé à huit verres, a souligné M. Sacy.

Pas pour l’âge d’or

Le responsable dénonce que la mise en marché de ces boissons vise de jeunes consommateurs. «On s’entend que ça ne s’adresse pas aux gens de l’âge d’or. [...] On n’est pas prohibitionniste, mais quand il est question des jeunes, il faut faire attention», a-t-il fait valoir.

Vendredi, Couche-Tard a annoncé le retrait des boissons FCKD UP de ses tablettes. L’épicier Métro l’avait aussi retiré de ses étalages l’automne dernier.

Le producteur du FCKD UP, le groupe Geloso, a aussi laissé entendre, dans un communiqué, qu’il est prêt à étudier le retrait de ce type de produit, «de concert avec les autres producteurs».

«Ce sont les détaillants qui sont en train de prendre l’initiative de retirer ces boissons», a remarqué M. Sacy, qui rappelle que ce serait plutôt au gouvernement de mettre de l’avant le principe de précaution en ordonnant leur retrait, le temps d’évaluer ces produits.