/misc
Navigation

Investir dans les marchands d’armes

Coup d'oeil sur cet article

Q Le débat sur les armes de poing est plus virulent que jamais. Est-ce un bon moment pour investir dans cette industrie ?


R Oui, si vous êtes en paix avec votre conscience. Même s’il y a de la violence et des chasseurs partout dans le monde, concentrons-nous sur le marché américain, où circulent plus de 300 millions d’armes de poing, soit 101 armes par 100 résidents (30,8 pour le Canada et 0,6 pour le Japon). Le propriétaire américain moyen en possède cinq.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les tueries très médiatisées, comme celle de Parkland en Floride, attisent les ventes.

Elles ont atteint un sommet historique sous l’administration Obama, car ce dernier, ébranlé jusqu’aux larmes par la tuerie de l’école élémentaire Sandy Hook, fut le président qui a le plus insisté sur plus de contrôle. En conséquence, les amateurs se sont rués pour faire le plein d’armes.

industrie florissante

Les ventes annuelles de cette industrie de plus de 273 000 employés totalisent 13,5 milliards (G) $ US, pour un profit de 1,5 G$ US. Celles des 50 000 détaillants sont de 3,1 G$ US (profits de 478,4 millions $), pour plus de 6,5 G$ US en taxes de vente.

L’industrie fabrique annuellement 10,8 millions d’unités (4 % exportés). Le FBI mène plus de 20,9 millions de vérifications d’antécédents par année, dont 203 086 lors du dernier Black Friday (un record).

Wall street aime

L’élection de Trump, qui est proarmes, a fait mal à l’industrie, avec des inventaires en forte hausse (les manufacturiers misaient sur Hillary Clinton) et des ventes en chute libre. Depuis janvier, les cours de Sturm & Ruger ont chuté de 20 %, ceux d’American Outdoor de 53 % et ceux de Vista de 62 % ! Le leader (et plus ancien), Remington, est pratiquement en faillite.

La liquidation de surplus d’inventaires affecte les bilans. Pourtant, nombre d’analystes considèrent les titres du secteur grandement sous-évalués.

De plus, Wall Street aime l’industrie. Caisses de retraite et fonds communs y sont tous investis. Par exemple, BlackRock possède des actifs pour 6 G$ US, dont 10,5 % chez American Outdoor, 16 % chez Ruger et 11,9 % chez Vista, ainsi que 7 % chez Dick’s Sporting Goods et Walmart, les deux principaux détaillants américains d’armes. Vanguard offre plusieurs FNB investis dans l’industrie.

Mais, depuis Parkland, les protestations de la jeune génération et de leurs parents stimulent les ventes. Si les démocrates remportent une majorité à l’élection de novembre à la Chambre des représentants, ils pousseront pour des contrôles sur les armes... ce qui stimulera davantage les ventes ! Même ceux qui investissent pour le long terme croient que l’industrie saura s’adapter aux très timides réformes qui émergeront de la classe politique.