/weekend
Navigation

Roman mélancolique, intimiste et musical

Olivier Adam
Photo courtoisie Olivier Adam

Coup d'oeil sur cet article

Pour son treizième roman, Chanson de la ville silencieuse, l’écrivain français Olivier Adam raconte, d’une manière extrêmement musicale, l’histoire d’une femme solitaire et énigmatique qui a passé son enfance dans l’ombre d’un homme célèbre maintenant porté disparu.

Son héroïne est éditrice. Elle note tout ce qu’elle ressent, au fil de ses visites dans les galeries et les musées. Elle se perd dans les rues de Paris et de Lisbonne, guettant sans cesse l’homme de légende qui, un jour, est parti sans laisser d’adresse.

Olivier Adam, un écrivain de talent, mais aussi un musicien formé au conservatoire, souhaitait avant tout donner une très grande musicalité à son nouveau roman.

« Je voulais vraiment qu’il soit travaillé par la chanson et la musique dans l’histoire, mais aussi dans sa forme. J’ai travaillé vraiment comme on écrirait une très longue chanson, mot à mot, phrase à phrase, tant qu’une phrase ne sonnait pas comme je le voulais, tant que l’enchaînement ne faisait pas comme un couplet, tant que les refrains n’étaient pas exactement au bon endroit. »

Un travail d’orfèvre. « J’ai conçu le roman très patiemment, très méticuleusement, mot après mot, virgule après virgule. »

La musique

Olivier Adam dit qu’il n’est pas un bon musicien... mais c’est tout de même sa formation et il a même songé à faire des études en musicologie. « J’ai commencé à étudier le piano classique quand j’avais huit ans. J’ai étudié au conservatoire jusqu’à mes vingt ans. Vers 16-17 ans, le virus de la pop, du rock et de la chanson ont un peu entamé ma dévotion pour la musique classique... je suis passé un peu de l’autre côté. »

Il a commencé à écrire, ajoute-t-il, en écoutant des chansons. « Tout mon parcours est lié à la chanson parce que, quand j’étais gamin, je n’étais pas un si grand lecteur que ça. Mes grandes émotions littéraires, mes émotions liées aux mots, c’était les chansons qu’on écoutait chez moi : Barbara, Brel, Brassens. »

Il s’est mis à lire Rimbaud et Baudelaire parce que Léo Ferré les chantait. « Après, la littérature a pris le pas, mais c’est vrai que la chanson continue à m’influencer beaucoup aujourd’hui. Les songwriters français et anglo-saxons m’influencent dans l’approche des textes, dans l’écriture, quasiment autant que les romanciers. Pour moi, ce sont vraiment des auteurs à part entière, qui me passionnent. »

Il souhaitait depuis très longtemps payer sa « dette » à la musique en en faisant un roman. « Je trouvais que ça ne suffisait pas de travailler seulement la figure du musicien, de parsemer le livre de références musicales. Je voulais que, dans la forme elle-même, dans la phrase elle-même, il y ait quelque chose qui a à voir avec la musique. »

Olivier Adam a écrit des chansons pour le groupe de musique dont il faisait partie quand il avait 19 ans. Il lui est arrivé de filer des textes à des amis... mais n’a jamais écrit de chanson pour des artistes confirmés. « Mais si quelqu’un m’appelle, je suis là ! »

Origine du livre

L’origine du livre, par ailleurs, lui est arrivée pendant des vacances à Lisbonne, au Portugal.

« On dînait régulièrement dans un restaurant argentin, sur une des collines de Lisbonne, le Bairro Alto. Tous les soirs, un chanteur de rue venait. Il avait deux particularités : il ne demandait jamais d’argent après avoir chanté et c’était une espèce de dandy. Il était extrêmement élégant. C’était le sosie de Nino Ferrer. Et c’est comme ça qu’est né le livre : sur une rêverie, avec mes enfants, ma compagne et mes amis. »

Extrait

Olivier Adam
Photo courtoisie

« Autour de moi glissent des ombres, des masses dansantes, des visages flous. Des silhouettes incertaines à force d’ivresse. À cette heure tout le monde est saoul, s’égare, cherche un itinéraire, une porte d’entrée, une enseigne. Les derniers dîneurs quitteront bientôt les terrasses. Les musiciens partiront, emportant chez eux leur maigre recette. Praça das Flores je n’ai rien trouvé. Un chanteur cap-verdien. Une chanteuse anglaise. Un jeune folkeux. Quand j’ai montré la photo au patron il a acquiescé. Ah, le Français. Je ne l’ai pas vu ces temps-ci. Mais ça arrive. Il va, il vient. Les habitués le réclament. » — Olivier Adam, Chanson de la ville silencieuse

  • Olivier Adam est l’auteur de plusieurs romans à succès, dont Je vais bien, ne t’en fais pas et Des vents contraires, tous deux adaptés au cinéma.
  • À titre de scénariste, il a participé à plusieurs films, dont L’été indien d’Alain Raoust et Welcome de Philippe Lioret.
  • Chanson de la ville silencieuse est son 13e roman.