/sports/football/rougeetor
Navigation

Un camp de printemps plein de promesses

Trois postes sur la ligne offensive sont ouverts et les prétendants sont nombreux

Rouge et Or de Laval contre les Redmen de Mc Gill
Photo d’archives, Ben Pelosse Invité au camp régional de la LCF, Benoît Gagnon-Brousseau a décliné l’offre, préférant se consacrer pleinement à sa dernière saison avec le Rouge et Or.

Coup d'oeil sur cet article

ORLANDO | La bataille sur la ligne offensive sera l’un des points intéressants à surveiller au camp de printemps du Rouge et Or de l’Université Laval, qui s’est amorcé avec un léger entraînement, samedi, en Floride.

« J’ai l’impression que nous sommes en train de rebâtir quelque chose de spécial, a déclaré le coordonnateur offensif Justin Éthier d’entrée de jeu. Nos classes de recrutement de 2017 et 2018 ont été très bonnes. Même s’ils n’ont pas été habillés l’an dernier, Andy Genois, Jonathan Plé et Cyrille Hogan-Saindon possèdent un talent incroyable. Sur le plan physique, ils n’ont rien à envier à personne. Et nos recrues 2018, Philippe Robitaille et Jean-Philippe Pépin seront prêtes rapidement, sans oublier Antoine Marin et Philippe Boucher. C’est notre plus beau groupe depuis les départs de Philippe Gagnon, Charles Vaillancourt et Jason Lauzon-Séguin.

Nous avons vécu une transition sur la ligne offensive depuis deux ans, poursuit Éthier. Tous prévoyaient que ça allait être extrêmement difficile en 2016, en raison de départs importants, mais les performances ont été au-delà des attentes avec l’émergence de Samuel Thomassin et l’arrivée de Samuel Lefebvre. Ce fut toutefois plus difficile l’an dernier. »

À l’exception de Thomassin et de Lefebvre qui sont solidement en place, les trois autres postes sur la ligne offensive sont ouverts.

Les receveurs aussi

Même situation à la position de receveur, où les joueurs de deuxième année Jordan Duprey, Hugo Dupuis et Mathieu Robitaille verront plus d’action. À l’exception de Robitaille qui a disputé deux rencontres, les deux autres n’ont pas été habillés.

« Les trois n’ont pas eu une grande chance l’an dernier, a reconnu Éthier, et j’ai hâte de les voir. Dupuis est bourré de talent et Duprey était extra en pratique. La Floride, ce n’est pas toujours évident pour les recrues et c’est pourquoi je suis toujours excité de voir les joueurs de deuxième année. »

De son côté, Marc Fortier prévoit de belles batailles à la position de demi de coin. « Ça va brasser, a imagé le coordonnateur défensif lavallois. Il y a cinq joueurs pour deux postes. »

Partant au cours de la saison, Zack Fitzgerald et Frédéric Gagnon sont du nombre, tout comme Carl Achy, Christophe Bouchard, qui n’a pas été habillé l’an dernier en raison notamment de blessures, et la recrue Edris Jean-Alphonse. Pour des raisons d’admissibilité, son compatriote français Souleymane Karamoko ne fera ses débuts qu’en août.

Sur la ligne défensive, les candidats ne se bousculent pas. « Avec sept joueurs, nous ne sommes pas un gros groupe et les gars devront être polyvalents, a mentionné Fortier. La ligne défensive peut être un point d’interrogation, mais aussi une belle surprise. »

L’ailier défensif Loïc Sapart fera ses débuts en Floride.

 

« Je n’ai pas d’intérêt pour la LCF », affirme Gagnon-Brousseau

Invité au camp régional de Montréal, Benoît Gagnon-Brousseau a préféré décliner la proposition de la Ligue canadienne de football (LCF) pour se consacrer entièrement à sa préparation pour sa 5e et dernière saison avec le Rouge et Or.

« Je m’investis pleinement dans la préparation de ma dernière saison universitaire et je serai prêt à passer à autre chose par la suite, a expliqué le receveur. Mon parcours universitaire me satisfait et je ne suis pas intéressé par la LCF. Chez les pros, c’est le business, et tu retrouves moins l’esprit d’équipe et le sentiment d’appartenance qu’on retrouve à l’université. »

S’il s’était présenté au camp d’évaluation du 7 mars au stade olympique, Gagnon-Brousseau aurait dû faire l’impasse sur le camp de printemps en Floride. « Ça m’aurait dérangé de rater la Floride parce que je n’ai pas d’intérêt pour la LCF. Je veux m’investir à 100 pour cent et être avec les gars pendant tout le processus de préparation. Je respecte la décision de mes coéquipiers qui ont des aspirations professionnelles. »

Muté comme ailier espacé en milieu de saison l’an dernier après avoir évolué principalement comme demi-inséré depuis ses débuts, à Laval, Gagnon-Brousseau sera utilisé de nouveau à l’extérieur.

De leur côté, le quart-arrière Hugo Richard, le centre arrière Simon Gingras-Gagnon, l’ailier espacé Marco Dubois et le demi défensif Gabriel Ouellet brillent par leur absence en Floride afin de participer au camp régional. Ils se pointeront toutefois à compter de jeudi pour vivre les dernières journées en équipe.

Leur carrière universitaire terminée, le porteur de ballon Vincent Alarie-Tardif, le receveur Antony Dufour et le plaqueur Marc-Antoine Claveau compléteront le contingent lavallois au stade olympique.

« On veut laisser vivre leur expérience professionnelle à tous nos joueurs, a raconté le coordonnateur offensif Justin Éthier. On les laisse aller à 100 mph. On est prêt à se passer de Hugo. Au fil des ans, il a acquis assez d’expérience et démontré assez de maturité pour que son absence en Floride ne se fasse pas sentir. »

En vitesse

Le Rouge et Or est rentré à Orlando, vendredi à 17 h, évitant de justesse la tempête qui a frappé New York...

Depuis Marseille, l’entraîneur des secondeurs Cédric Cotar a rejoint l’équipe samedi soir...

Francesco Pepe Esposito donnera un coup de main avec les secondeurs et le spécialiste des botteurs Steve Wolf est de nouveau présent.