/weekend
Navigation

Vouloir gagner à tout prix

Vouloir gagner à tout prix
Photo courtoisie, Louis-Philippe Savard

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs athlètes portent en eux l’espoir olympique. Mais le rêve peut parfois tourner au cauchemar lorsque le dopage entre en jeu. C’est le cas des personnages au cœur de la pièce Rouge Speedo, où l’on nous démontrera, sur scène, jusqu’où certains peuvent aller pour se tailler une place gagnante aux Olympiques.

Red Speedo, de l’auteur américain Lucas Hnath, a notamment été présenté à New York en 2016. La pièce prendra maintenant l’affiche prochainement en première francophone dans une mise en scène de Louis-Philippe Tremblay. Perçue comme un thriller, teintée d’humour noir, elle met sous les projecteurs Roy (Marc-André Thibault), un nageur professionnel de l’équipe nationale, qui est sur le point d’accéder aux Jeux olympiques.

Tous les rêves sont donc permis pour le jeune athlète qui a tout sacrifié et multiplié les entraînements dans le but ultime d’accéder un jour au podium. Mais tout basculera lorsque son entraîneur (Guillaume Regaudie) tombera par hasard sur des produits dopants qui se trouvent dans le réfrigérateur du club de natation et qui semblent appartenir à Roy.

« Ce n’est pas clair à savoir si les stupéfiants appartiennent véritablement à Roy », confie la comédienne Catherine Paquin-Béchard qui figure parmi la distribution. « Les soupçons sont dirigés vers lui, mais ça pourrait également être une gamique. Le mal ne vient pas toujours des personnes les plus louches. »

Dopage

En plus de perdre toute crédibilité auprès de son entourage en raison des produits dopants trouvés, Roy, qui était sur le point de signer un contrat avec la compagnie Speedo, risque de perdre son commanditaire. Un scandale qui tombe plutôt mal.

« On se demandera jusqu’où peut-on aller pour atteindre la gloire », fait remarquer Catherine Paquin-Béchard.

Surtout, on réalisera que l’intégrité n’était pas la principale préoccupation dans cette histoire. On souhaite plutôt tirer son épingle du jeu et gagner à tout prix.

« Nous sommes dans l’obsession de la performance », annonce la comédienne. « On questionne la performance dans le sport, mais également dans d’autres sphères de notre société. »

Le culte du succès

La pièce tente de nous démontrer que le culte du succès et l’ambition sont partout dans notre société et non pas uniquement dans le milieu sportif. On le retrouve notamment dans le monde des affaires.

« C’est un regard doux-amer sur la société », souligne Catherine Paquin-Béchard. « Il y a aussi tout le rapport amour-haine parmi l’entourage qui gravite autour de l’athlète. » Car, si le scandale du jeune athlète éclate, il se pourrait bien que l’entourage soit également éclaboussé dans cette affaire.

Parmi ceux qui prétendent vouloir le bien de Roy, on compte son entraîneur, son frère qui est aussi avocat et son ex-petite amie, Lydia, interprétée par Catherine Paquin-Béchard. « Elle est thérapeute sportive et elle a perdu sa licence », précise-t-elle. Lydia avait été prise dans une histoire de vente de drogue.

On se demandera également si l’histoire d’amour entre Roy et Lydia est vraiment terminée.

Rouge Speedo

  • Auteur : Lucas Hnath
  • Traduction : Jean-Simon Traversy
  • Mise en scène : Louis-Philippe Tremblay
  • Distribution : Louis Labarre, Catherine Paquin-Béchard, Guillaume Regaudie, Marc-André Thibault
  • Du 13 au 24 mars au Théâtre Le Livrart