/sports/football/rougeetor
Navigation

De jeunes loups aux crocs bien affûtés chez le Rouge et Or

Les prétendants pour la ligne offensive veulent prouver leur valeur

Le produit des Condors, Andy Genois, compte bien démontrer qu’il a toute sa place sur la ligne offensive.
Photo collaboration spéciale, kevin Kolczynski Le produit des Condors, Andy Genois, compte bien démontrer qu’il a toute sa place sur la ligne offensive.

Coup d'oeil sur cet article

ORLANDO | De jeunes loups aux crocs bien affûtés entendent faire sentir leur présence sur la ligne offensive du Rouge et Or de l’Université Laval cette année.

Recrutés au terme de leur parcours collégial en 2016, Andy Genois, Jonathan Plé et Cyrille Hogan-Saindon n’ont pas été habillés une seule fois l’an dernier. «J’ai faim, a illustré Plé. J’ai hâte de jouer et de prouver ma valeur. Ce fut dur sur le moral l’an dernier, mais je me suis rendu jusqu’au bout et ça m’a fait plaisir d’aider les gars à ma façon. Même si je n’ai pas été habillé, je me suis amélioré techniquement et ma compréhension est meilleure. Le jeu a ralenti et je vois mieux ce qui se passe devant moi.»

Utilisé comme bloqueur à ses débuts à Laval l’an dernier, Plé a été déplacé comme garde après la troisième rencontre. «Peu importe la position, je serai content si je vois du terrain, a-t-il résumé. À Valleyfield, j’ai joué aux deux positions.»

Genois abonde dans le même sens. «C’est très important que je prouve que j’ai ma place et que je peux jouer sur la ligne offensive, a souligné le produit des Condors de Beauce-Appalaches. Le cahier de jeux en Beauce n’était pas du tout le même et j’ai maintenant une meilleure compréhension. Ça paraît que j’ai un automne d’expérience. De belles batailles sont à prévoir, mais on s’entraide tous. On souhaite tous être partants et je vais tout donner.»

«Une année charnière»

Hogan-Saindon veut s’affirmer dès cette année.

«C’est une année charnière si je veux jouer, a résumé le produit des Élans de Garneau. Mon objectif est de mériter le poste de garde à gauche partant. Je suis convaincu que je peux y arriver. Je suis prêt physiquement et je comprends mieux le cahier de jeux, ce qui me permet de concentrer davantage sur l’aspect physique. Je dois néanmoins continuer d’améliorer ma compréhension.»

Utilisé comme garde et bloqueur et même sur la ligne défensive pendant ses trois saisons collégiales, Hogan-Saindon préfère son rôle actuel. «Je préfère jouer comme garde parce que c’est une position plus physique que celle de bloqueur. Je préfère l’aspect physique à la vitesse.»

Plé et Hogan-Saindon sont en compétition pour le poste de garde à gauche en compagnie de Arthur Fraser Baikie, qui a été ennuyé par les blessures une bonne partie de la saison dernière, alors que Genois reluque un poste de bloqueur. Son expérience en basketball le sert bien. «Le basketball est un sport athlétique et ça m’aide à bien bouger les pieds, a-t-il expliqué. J’ai joué collégial à ma dernière année en Beauce et je joue encore avec mes amis.»

«Il a tellement un bon jeu de pieds et c’est ce qu’on veut voir comme bloqueur, de renchérir le coordonnateur offensif Justin Éthier. Il est très talentueux et très physique.»

Bloqueurs recherchés

Les deux postes de bloqueur sont ouverts.

«Nos partants de l’an dernier Kétel Assé et Nicolas Thibodeau doivent poursuivre leur progression, a indiqué Éthier. J’ai aussi hâte de voir ce que Pierre-Karl Lanctôt pourrait nous donner s’il peut demeurer en santé toute l’année. On a été hanté par les blessures l’an dernier à la position de bloqueur.»

La recrue Jean-Philippe Pépin effectue ses premiers pas universitaires en Floride.

«Comme bloqueur, il bouge extrêmement bien, a indiqué Éthier. Ce n’est pas le plus grand ni le plus gros, mais il possède toutes les habiletés pour réussir.»

Les joueurs au beach club

Comme chaque année, des joueurs sont incapables de prendre part aux entraînements et se retrouvent dans ce qu’ils appellent communément le beach club.

Les clients sont moins nombreux cette année. Quelques-uns sont passés sous le bistouri pendant la saison morte et ils poursuivent leur période de réadaptation.

Le secondeur Marc-Antoine Varin rate un deuxième camp de printemps consécutif. Opéré à un genou après la victoire de la Coupe Vanier en 2016 face aux Dinos de Calgary, le produit des Cheetahs de Vanier a été opéré à une épaule en octobre dernier, lui qui n’a pris part qu’à deux parties en 2017.

Blessé à une épaule à la Coupe Vanier face aux Mustangs de Western, le demi défensif Louis-Philippe St-Amant est lui aussi sur le carreau après avoir été opéré. Même chose pour le demi de coin Émile Chênevert qui s’était blessé à une épaule lors du premier match de la saison face au Vert & Or de l’Université de Sherbrooke avant de revenir au jeu. Chênevert participe aux séances d’enseignement, mais il doit éviter les situations d’opposition.

Patience

Alec Poirier devra patienter pour effectuer ses débuts universitaires. À l’université depuis janvier, le secondeur recrue a été opéré à une épaule à son arrivée à Québec.

Deux joueurs sont sur la touche en raison d’une blessure à un genou. Opéré pendant la dernière saison en raison d’une déchirure du ligament croisé antérieur et inactif pendant toute l’année, le secondeur Philippe Ouellet s’entraîne sous les bons soins de l’étudiante en kinésiologie de l’équipe.

Quant à Samuel Maranda-Bizeau, il a été opéré pour une déchirure à un ménisque subie lors du match à Sherbrooke. Sur le coup, l’équipe médicale craignait que le plaqueur recrue ait subi une déchirure du ligament croisé antérieur, mais ce n’était pas le cas et il a pu compléter la saison en portant une orthèse.

Finalement, le centre arrière de Calgary Dante Gordon Djan poursuit sa réadaptation après avoir subi une blessure affreuse à une jambe à l’automne 2016.