/news/provincial
Navigation

Transport structurant: Labeaume conscient de l’urgence de dévoiler son projet

Le maire Régis Labeaume
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES Le maire Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Sans fixer d’échéance précise, Régis Labeaume assure vouloir dévoiler rapidement les détails de son mégaprojet de réseau de transport structurant pour ne pas perdre les subventions fédérales et provinciales qui s’y rattachent.

«Ça presse parce qu’il y a de l’argent sur la table», a soutenu le maire de Québec lundi en fin d’après-midi, en impromptu de presse, juste avant le début du conseil municipal.

«Je m’attends à ce qu’incessamment - c’est une question de semaines – les ententes fédérales-provinciales sur la répartition et la disposition des sommes se signent. Aussitôt qu’elles sont signées, elles sont déjà dépensées», a soutenu M. Labeaume en évoquant une récente discussion qu’il a eue avec le ministre de l’Infrastructure, Amarjeet Sohi.

Techniquement parlant, c’est au gouvernement du Québec de prioriser les projets qui lui tiennent le plus à cœur. Ottawa transfère ensuite les sommes, en tenant compte de cette sélection. «Je veux être là au début, exactement au moment où ça se signe. Je veux  être sur la table au dessus de la pile. Si on n’y est pas, on va manquer notre coup. Ça ne reviendra pas pour des décennies cette affaire là», a insisté le maire.

Interrogé à savoir si son empressement est lié à une possible arrivée au pouvoir de la Coalition Avenir Québec (CAQ) après le scrutin du 1er octobre, M. Labeaume a répondu qu’il «travaille avec le gouvernement. Je ne suis pas dans les élections. Je viens de finir les miennes. Ce serait la même chose avec n’importe qui. Il y a un premier ministre et un gouvernement. Je travaille avec les autorités». 

Faut-il comprendre que les détails du projet structurant seront dévoilés avant la fin mars et le dépôt du budget du Québec? «Je ne sais pas encore. On verra (...) On travaille très fort actuellement parce qu’on a hâte de l’annoncer aussi. C’est vraiment beaucoup d’ouvrage», a-t-il fait remarquer. Régis Labeaume a répété que des consultations publiques auront lieu ultérieurement en vue de recueillir les commentaires de citoyens et de bonifier le futur réseau.

Dimanche, Le Journal a révélé que le futur tramway de Québec ressemblera à un métro sur une bonne partie du tracé, puisqu’il circulera dans un long tunnel souterrain reliant la basse-ville et la haute-ville. Nous annoncions également que le projet de réseau structurant pourrait coûter plus de 3 milliards$.

Rousseau enthousiaste

Jean Rousseau, seul conseiller municipal de Démocratie Québec (DQ), s’est montré fort enthousiaste par ces nouvelles.

«En fonction des hypothèses qui sont mises de l’avant, la notion de tunnel nous apparaît très intéressante à Démocratie Québec parce que ça règle le problème de la congestion. La notion de 3 milliards$, ça ouvre des horizons et des perspectives très intéressants (...) On pourrait envisager facilement un 30 km de tramway avec d’autres modalités», a-t-il assuré.

Le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau
PHOTO JEAN-FRANCOIS DESGAGNES
Le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau

Selon lui, «3 milliards$, ça nous apparaît tout à fait réaliste et tout à fait convenable (...) Ça devient une opportunité extraordinaire pour bien organiser le transport en commun dans la ville de Québec».

Programmée depuis un mois, la rencontre privée entre M. Labeaume et M. Rousseau aura lieu «incessamment», a fait savoir le conseiller de DQ. Ce dernier espère être mis au parfum des détails du projet de réseau structurant à ce moment là.