/sports/football/rougeetor
Navigation

Clément Lebreux tente un retour

Le joueur à la retraite depuis 2016 a rejoint l’équipe au camp d’entraînement en Floride

Clément Lebreux est en pleine forme, selon ses dires et ceux de ses entraîneurs.
Photo collaboration spéciale, Kevin Kolczynski Clément Lebreux est en pleine forme, selon ses dires et ceux de ses entraîneurs.

Coup d'oeil sur cet article

ORLANDO | Clément Lebreux souhaite effectuer un retour au jeu.

À la retraite depuis la victoire à la Coupe Vanier en 2016, le plaqueur est de retour sur les bancs d’école à l’Université Laval depuis janvier et il est présent au camp de printemps du Rouge et Or en Floride.

« C’est le fun de retrouver la gang, a résumé Lebreux avec son plus beau sourire. Je me suis senti accepté comme si je n’étais jamais parti. C’est le fun de retrouver le sentiment de famille. »

« L’an dernier, le football me manquait les jours de match, de poursuivre le gaillard de 6 pi 4 po et 296 lb. Après la Coupe Vanier, j’ai senti que je devais revenir au jeu. J’ai ressenti un appel à revenir. J’ai contacté Glen [Constantin] en décembre et la réception a été positive. Il y a des joueurs de qualité sur la ligne défensive, mais il manque un peu de monde. Nous avons établi le plan de match pour mon retour. »

Focus sur l’université

Tout en continuant son DEP en électricité, Lebreux est inscrit à quatre cours à l’Université et s’entraîne avec l’équipe. Deux autres cours seront nécessaires pendant les sessions d’été afin d’obtenir les 18 crédits obligatoires pour retrouver son admissibilité pour la saison 2018.

« Je suis beaucoup plus motivé que par le passé dans mes études, a-t-il souligné. Je suis à jour dans mes études et ça va bien. Il me reste une année dans les rangs universitaires et je veux en profiter. Pour ce qui est de la LCF, tout dépendra de la saison, mais mon focus n’est pas sur les pros. »

Après avoir pris part aux quatre entraînements intérieurs avant le départ, Lebreux poursuit à Orlando. « Les pratiques intérieures m’ont permis de me dérouiller, a-t-il illustré. Il y a de bonnes et de moins bonnes journées. Je réapprends. Je dois travailler un peu ma vitesse, mais la force est là. »

Valeurs sûres

Étant donné que le Rouge et Or ne comptait que sept joueurs de ligne défensive avant le retour de Lebreux, celui-ci est le bienvenu. « Son retour nous aiderait beaucoup, a résumé Constantin. La décision de revenir vient de lui et nous ne sommes pas allés le chercher. Clément est un peu rouillé, mais il est en avance sur le joueur qu’on a accueilli en 2015. »

Marc Fortier est lui aussi très heureux à l’idée de miser de nouveau sur Lebreux. « La présence de Clément nous donnerait un gros coup de main et nous donnerait plus de profondeur, a résumé le coordonnateur défensif. Il est en forme. »

Le retour de Lebreux, s’il se confirme, placera le Rouge et Or dans une bonne situation à l’intérieur. Le plaqueur étoile Vincent Desjardins et la recrue Samuel Maranda-Bizeau, qui soigne une blessure à un genou, représentent des valeurs sûres.

Deux frères en compétition amicale

Ce n’est pas la première fois que deux frères se retrouvent dans la même équipe, mais c’est plutôt rare qu’ils évoluent à la même position et, par le fait même, en compétition.

Quart-arrière à sa première saison à Laval en 2016, Félix Garand-Gauthier a évolué comme demi défensif l’an dernier et il se retrouve comme centre-arrière cette année. « Je suis toujours ouvert au changement; les entraîneurs m’ont offert cette opportunité et j’ai sauté dessus, a-t-il raconté. Il y a beaucoup de monde en défensive et Adam [Auclair] est encore là pour un bout comme secondeur hybride. Comme centre-arrière, mon frère termine cette année et on ne sait pas ce qui va arriver avec Simon [Gingras-Gagnon]. Il me reste trois ans pour faire ma place.

Retour aux sources

« J’ai toujours joué en offensive et le plus gros changement, je l’ai vécu l’an dernier en m’en allant en défensive, de poursuivre le produit des Nordiques de Lionel-Groulx. J’adore ça et il s’agit d’un retour aux sources. Ça brasse plus et j’aime ça. C’est le fun de jouer à la même position que mon frère. Il m’aide beaucoup en me donnant des petits trucs et des conseils. »

Benjamin voit lui aussi la situation d’un bon œil. « Mes parents n’étaient pas tellement chauds à cette idée, mais c’est vraiment le fun, a-t-il indiqué. Félix a toujours été mon petit frère et je peux l’aider à sa première année à sa nouvelle position. Parce que j’ai joué quatre ans au cégep, j’en suis à ma dernière saison et je veux m’assurer de bien préparer la relève et de laisser un bon héritage. »

L’aîné pourrait avoir un rôle accru si jamais Simon Gingras-Gagnon perce la LCF. « Je vais prendre l’opportunité si le poste est ouvert, a-t-il indiqué. Sinon, j’ai ma place dans les unités spéciales. »