/opinion/blogs
Navigation

Jimi Hendrix : des inédits, et que du bonheur

Jimi Hendrix : des inédits, et que du bonheur

Coup d'oeil sur cet article

C’est certainement le plus beau des cadeaux printaniers. Vendredi 9 mars, chez votre disquaire ou sur toutes les plates-formes de téléchargement, un inédit du guitariste Jimi Hendrix fera surface.  Après Valleys of Neptune (2010) et People, Hells and Angels en 2013, Both Sides of The Skies complétera la trilogie studio. Tout droit sortie des fourneaux de l’année 1969, cette galette de treize plages a pour dénominateur commun : le blues. Après trois écoutes serrées et un bonheur plus que palpable, il faut convenir que Jimi Hendrix n’a pas usurpé le qualificatif de génie de la guitare. Remarquablement enregistré, il ne semble pas y avoir eu de retouches en studio, le contenu est plus que solide, avec son lot d’éclats saturés, de rock parfois halluciné et plus encore, de blues acidulé côtoyant le rock le plus pur qui soit.


Pour vous convaincre, écoutez la reprise de Mannish Boy (Muddy Waters)

 

Hear My Train Comin 

 

 


Et ce Lover man qui n’a rien à voir avec celui de Billie Holliday, où il y glisse le thème de Batman.